Pages

25 déc. 2009

Cetelem, Rouaix finances et l'e-réputation


Une étude de plus vient alimenter les craintes qu'ont les marques dans la perte de contrôle de leur image et de ses conséquences. Menée par une agence américaine, cette étude indique que 97% des internautes ayant dépensé au moins 150 $ au cours des derniers 6 mois, ont reconnu que l'opinion qu'ils avaient sur la marque avait joué un rôle important dans leur acte d'achat. Un gros tiers des internautes français selon Ipsos, se fient aux blogs et à leurs nombreux commentaires. Fantastique caisse de résonances, les commentaires ne sont jamais tempérés pour la bonne raison qu'internet est un outil de défoulement. Les espaces de dialogue sont l'occasion d'exprimer ses frustrations et ses colères.

Par exemple nous avions montré le cas Rouaix finances en avril 2009 et depuis le commentaire est toujours en 1ère page. Idem, on retrouve un coup de gueule d'un internaute contre Cetelem sur la 1ere page de Google en tapant "Cetelem". La 1ère solution des grosses enseignes est de noyer d'adresse Google. Mais pour limiter les dégâts des commentaires les plus assassins, les marques utilisent les "community-managers" en free-lance, en interne ou à travers des agences comme la nôtre. En quoi cela consiste-t-il ? Fédérer les internautes autour de la marque : un gros travail de veille et d'investissement sur les forums, les blogs, les sites et les réseaux sociaux (Viadeo, Facebook, Twitter ou Myspace).

Mais attention, ce travail de fond n'a aucun sens s'il ne provoque pas de transformation du service client. L'important est d'améliorer le service afin que les incidents ne se reproduisent pas et surtout afin de communiquer dessus. L'art est de transformer le commentaire négatif en une occasion de rassurer sur le service et sur l'importance que l'entreprise porte à sa clientèle.

20 déc. 2009

Tous les clients ne se valent pas, Américan express présente sa stratégie centurion


Tous les clients ne sont pas de bons clients comme le dit si bien Romain Durand associé d'Actuaris, car pour qu'il soit rentable, un client ne doit pas seulement acheter une assurance ou un crédit mais, il doit être un "bon risque". American Express qui avait pendant plusieurs années, fait des offres de toutes sortes, a offert 300 dollars à certains porteurs de sa carte pour qu'ils remboursent leurs dettes et ferment leurs comptes. C'est une initiatives prise par l'entreprise pour faire face à ses pertes liées à l'endettement de ses clients.

Aujourd'hui, Américan Express dévoile une nouvelle stratégie de marque, l'Esprit Centurion. Lancée en France en 2004 pour répondre aux attentes des clients les plus exigeants d'American Express, la Carte Centurion est devenue un produit d'excellence, sans équivalent. Cette nouvelle stratégie de marque est destinée à mettre en avant l'univers de la marque, ses services clients et son savoir-faire. American Express a demandé à une sélection de ses partenaires de s'inspirer de la Carte pour illustrer l'Esprit Centurion au travers de leur propre savoir-faire : horlogerie, gastronomie, joaillerie, haute-couture, design, voyage. Ils ont créé ainsi une série limitées d'œuvres "Esprit Centurion". L'art de cultiver l'élitisme et le bon client.

Les testimoniaux et le bijou de Banque Populaire Prévoyance


Sûrement influencées par les médias sociaux, les actions de communication online ont tendance à s'appuyer de plus en plus souvent sur du testimonial. Le principe du testimonial consiste à utiliser des témoignages de clients satisfaits réels ou imaginaires, voici un vrai bijou et un contre-exemple.


Le bijou, on le doit aux Assurances Banque Populaire Prévoyance. Pour lancer leur contrat Autonomis, en partenariat avec France Domicile et UNA (Union Nationale de l'Aide), les Assurances Banque Populaire Prévoyance ont créé un site thématique dédié aux personnes fragilisées par la perte d'autonomie. Aidautonomie.fr foisonne d'informations et de conseils liés à cette problématique ainsi qu'une palette de services qui va des aides à domicile à la livraison de courses. Bref, un site utile, qui permet de ne pas rendre l'omniprésence du contrat Autonomis rédhibitoire. Une vraie leçon de communication qui s'accompagne de surprenants testimoniaux. Les acteurs sont impressionnants et donnent un ton réellement émouvant au témoignage. Une grande réussite dans la direction d’acteur, même si on peut penser que cela flirte avec le mauvais goût tellement la sphère du privé est mise en scène. D'une efficacité redoutable, cette communication est l'exemple type d'une démarche qui va au bout des principes de proximité et de communauté.
Voir le site aidautonomie.fr.

Le contre-exemple est la campagne d'emailing de Boursorama Banque. La filiale du Groupe Société Générale a reçu la palme 2009 de la banque la moins chère de France selon les magazines Le Revenu, La tribune et Capital. Fort de ce titre, Boursorama Banque a fait une campagne d'emailing s'appuyant sur un jeu en ligne basic. Le principe est de rencontrer Anne, Jean-pierre et les autres qui peuvent nous faire gagner 5000 euros. Tout y est, la grosse carotte, le quizz pour les nuls et le testimonial qui n'apporte rien et donne une impression de factice à l'ensemble de la com. Bref, quand les créatifs n'ont pas d'idées, le testimonial n'est pas une solution de remplacement. Sauf humour, l'art du testimonial passe par l'authenticité. Mieux vaut faire comme Groupama qui avait utilisé exactement le même principe de jeu mais les clients étaient symbolisés par des pensements, sympa et plutôt inventif.

7 déc. 2009

La Société Générale blogue sur son site institutionnel


Quel impact aura cette initiative de la banque rouge et noir ? En effet, le site institutionnel societegenerale.com s'agrémente d'un étonnant espace collaboratif : Bankers' Stories.
Cet espace "blog" permet aux salariés d’écrire un article pour partager leurs activités et leurs actualités. Le lecteur peut à son tour, y laisser un commentaire et même donner une note sur la qualité de l'article (fonctionnalité un peu incongrue). On y découvre des salariés épanouis grâce à leur passionnant engagement au service de l'intérêt collectif. Le point positif est qu’il s’y dévoile une impressionnante quantité de métiers et d'activités qui corrigent l'image d'une banque uniquement tournée vers la spéculation et stimulée principalement par le profil. Le point négatif est qu'une telle série de gens formidables est-elle une démonstration réellement crédible ?
Pour sortir d'un discours publicitaire qui a perdu depuis longtemps son impact rédactionnel, cette initiative a toute sa légitimité. Elle devrait même être aujourd'hui, beaucoup plus systématiquement utilisée au regard d'une consommation dont la dimension "responsable" prend de plus en plus d'ampleur. Ici, même si cet exercice manque de véracité dans la formulation des témoignages, on peut encourager le principe et la démarche de la Société Générale qui n'est pas sans un réel impact positif sur son image bien écornée par la crise et les affaires. Gageons que les témoignages sur Bankers' stories, deviennent moins consensuelles et qu'ils se patinent avec le temps d'un accent de vérité un peu plus propice à l'adhésion. Voir le site.

28 nov. 2009

Axa Belgique en pince pour le street marketing


Un peu subversif, le street marketing est encore peu utilisé dans le secteur des assurances, mais encore une fois, c'est du nord d'où viennent les initiatives les plus originales. Le street marketing consiste à créer l’événement, à surprendre et à rapprocher la marque des consommateurs afin de leur faire passer des messages au travers la mise en place d'animations. Depuis un moment, Axa Belgique a multiplié les opérations originales pour exprimer les qualités de ses produits. En haut à droite, une sucette est mise la tête en bas pour illustrer le retournement de situation d'une nouvelle offre créditant le compte de l’utilisateur lorsque ce dernier l’utilise. Service qui permet au client de gagner de l’argent à chaque dépôt ou retrait d’argent via son compte en ligne Click Bonus. Les autres dispositif mettent en avant la stabilité d'Axa en tant que partenaire financier. Etonnant, sympatique et doté un important pouvoir de mémorisation, ce type de dispositif est évidemment mieux adapter à un pays comme la Belgique plutôt qu'à un grand territoire comme la France, mais les lieux de grand passage comme les gares ou les centres villes seront à l'avenir de plus en plus le théatre de cette communication protéiforme.

24 nov. 2009

Le Drôle de Noel du Crédit Agricole


Partenaire du grand film de fin d'année de Walt Disney, Le Drôle de Noel de Scrooge, le Crédit Agricole a réalisé des millions de flyers, des centaines d'affiches et de vitrophanies, un mini-site et des dizaines d'avant premières pour relayer l'opération commerciale de collecte "Le Drôle de Noël du Crédit Agricole" à destination des enfants.
Jusqu'au 09 janvier, les agences du Crédit Agricole seront aux couleurs du film.

23 nov. 2009

BNP Paribas a une stratégie bien équilibrée pour séduire les jeunes diplômés


Pour la seconde année consécutive, BNP Paribas s'appuie sur une stratégie qui mélange astucieusement le online et le offline. Son jeu en ligne "Ace Manager" attire à elle, les étudiants de moins de 26 ans d'écoles et d'universités à travers le monde entier.
Le jeu illustre le rôle centrale d'un banquier dans la réalisation des projets de ses clients, BNP Paribas invite les étudiants à monter des équipes de 3 pour les 3 métiers principaux métiers de la banque : Retail Banking, Corporate & Investments Banking et Investment Solutions. Une fois formés, ils accompagneront le jeune retraité du tennis, McKenzie, dans son entreprise "GreenTennis". Un jeu qui est dans la même ligné que celui de la Société Générale (découvrir) mais sa dimension offline est un vrai plus qui lui assurera à coup sûr, le succès.
En effet, côté online se déploie un site dédié au jeu, un blog, une application pour permettre la création d'équipes internationales (grâce à une carte du monde), des pages Facebook et twitter et une présence sur les sites des écoles. Côté offline, un "campus tour" visitera 280 écoles à travers le monde avec des distributions de flyers et d'affiches et la présence sur les campus, d'étudiants "ambassadeurs" afin de promouvoir le jeu.
Une stratégie bien équilibrée pour assurer le succès d'un jeu destiné à séduire les étudiants aux métiers de la banque en général et de BNP Paribas en particulier. Voir le site.

11 nov. 2009

BinckBank et BforBank, deux noms qui se ressemblent mais, deux positionnements radicalement différents

Avec le film ci-dessous, BinckBank est très loin d'une communication d'image et institutionnelle comme celle de BforBank (voir l'article).
Créée en l'an 2000 aux Pays-Bas, la succursale française a été ouverte en septembre 2008 avec comme objectif affiché et garanti dans les conditions générales : "Être le moins cher du marché". Un positionnement qui suit celle de la maison mère, et qui la positionne parmi le Top 5 européen des courtiers en ligne.
La stratégie qui consiste à promettre la gratuité des frais de transaction sur 1000 euros, ne séduira pas les investisseurs prudents. Mais, il y a tout lieu de penser que ces derniers ne sont absolument pas la cible de BinckBank. Son astuce marketing attire tous ceux (très infidèles et très courtisés) qui sont à l'affût des bons plans et donc susceptibles d'être rapidement séduit par leurs tarifs très agressifs. La communication de BinckBank illustre la règle qui consiste à toujours emprunter les codes de la cible. On s'appuie une nouvelle fois ici sur la caricature d'un mal aimer, le banquier traditionnel.

9 nov. 2009

Comment ASSU 2000 s'y prend pour augmenter son trafic web ?


Comment augmenter son trafic web et surtout comment faire connaître ses pages Twitter et Facebook ? A cette question, ASSU 2000 y répond en s'associant à Euro-Assurance pour lancer un grand jeu concours sur le site permisdesassurer.com.
Si vous vous lancez dans les deux tests de logiques que propose le site, vous allez très vite constater la chose suivante : si vous n'allez pas chercher les indices sur les comptes twitter et Facebook, vous n'allez jamais gagner de bons de réduction, ni de clés USB, ni de Renault Twingo ! Le grand but de ce jeu étant de faire connaître ces outils de dialogue qui ont été mis en place depuis plusieurs mois déjà. S'ils permettent aux assurés d'avoir une répondre en temps réel à toutes leurs questions, leur utilisation n'a pas l'air de décoller : 50 fans sur Facebook et 370 followers sur twitter. Pour les marques du secteur de l'assurance, l'enjeu des réseaux sociaux est avant tout un enjeu d'accessibilité et d'image plus que de trafic puisqu'ils ne sont pas liés directement à de la vente. Mais malgré tout, ils sont sources de coûts et derrière cette opération se cache l'envie d'avoir en retour, des utilisateurs plus nombreux.

6 nov. 2009

2 nov. 2009

Société générale lance la saison du recrutement des jeunes diplômés


Très stratégique, à l'heure où l'image du secteur bancaire n'est pas propice à spontanément attirer les jeunes, les opérations de séduction vont se multiplier face aux besoins grandissant de personnel qualifié.
La Société Générale inaugure la "saison" avec une opération de séduction auprès des jeunes, avec les notes très guerrière de ce mini-site participatif : www.citizenact.com. Ce jeu consiste à innover et à faire des propositions basées sur les valeurs de responsabilité sociale et environnementale. En mettant l'initiative et l'envie d'action des jeunes diplômés au centre de sa communication, la Société Générale prouve son intérêt pour des profils dynamiques prenant à contrepied, les idées préconçues sur les profils recherchés dans ce secteur.
Le deuxième point intéressant sont les avantages que génèrent une telle opération. D'abord, celui de s'appuyer sur la 1er motivation de la cible : trouver un emploi dans lequel leurs idées ne seront pas systématiquement étouffées. Ensuite, elle permet de créer un évènement. Au delà de capter l'attention, c'est un support idéal pour communiquer sur les médias sociaux et créer du buzz. Enfin, structurer le message autour d'une action participative est idéal pour la mémorisation. En revanche, on peut regretter l'absence d'action offline, écueil que son concurrent, BNP Paribas a su éviter. Site SG Article BNP Paribas

31 oct. 2009

Crédit Agricole et Société Générale fusionnent leurs pôles de gestion d'actif en co-créant Amundi


Avec un nom qui évoque le Monde, Yves Perrier, futur Directeur général d'Amundi, ne cache pas l'ambition des deux groupes : plus de performances, de capacités et d'influence avec un rapprochement qui fera d'Amundi la 3ème société de gestion d'europe et une des dix premières du monde. Au-delà des enjeux de rentabilité et avec la crise que nous traversons encore, la question que pose cette co-création est celle du risque de fusionner l'activité la plus exposée aux risques de deux des plus grandes banques françaises ? A vous de juger. Téléchargez le Dossier de presse.

24 oct. 2009

MasterCard lance une campagne vidéo pour communiquer sur son service Cash Back !


MasterCard fait confiance à la vidéo et au viral pour communiquer et convaincre de nouveaux utilisateurs. Le service de la carte MasterCard Gold appelé la Galerie Marchande, permet d'obtenir des réductions sous forme de cashback auprès des principaux sites marchands. Le Cash Back semble bien plus attrayant que les classiques points cadeaux de la plupart des enseignes, car une somme d'argent sera reversée directement sur votre compte en banque en fonction des dépenses effectuées auprés des 500 partenaires Master Card (Galerie Lafayette, Yves Rocher...).
Si vous avez la patience d'attendre le chargement de la page, vous découvrirez 4 spots de 45" à la direction artistique impeccable. Une famille bourgeoise distillant des conseils insolites pour réaliser de économies, également visible dans les cinémas d'ile de France. Découvrir le site.

Réseaux sociaux : quelques slides sur une vraie transformation des usages…

Cela ne peut pas faire de mal de lire cette explication bien faite sur un phénomène si récent et si incontournable à la fois : les réseaux sociaux.

22 oct. 2009

Cet e-mailing du Gan est plein d'enseignements


On a toujours que quelques secondes pour être vu et lu. Que cela soit pour un e-mailing, une affiche, un mailing papier ou un spot télé, l'idée est toujours de capter l'attention et de faire en même temps passer son message. De ce point de vu là, le mailing du Gan fonctionne parfaitement. Même si, ici l'idée est bateau, le mécanisme est le même que celui du fameux "merci qui ?" de Mamie Nova. Faire faire une partie de chemin par le récepteur permet d'avoir une meilleur mémorisation. C'est toute la qualité du participatif même dans un basique rébus. C'était le 1er enseignement, le second enseignement de cet e-mailing est moins à l'avantage du Gan. Nous avons cliqué et fait le test... Par la suite, nous avons reçu un autre e-mailing pour une étude personnalisée qui était en réalité, une mise en relation cachée avec un conseiller Gan le plus proche de chez nous. Nous devions donc, recevoir un appel de ce monsieur... je ne peux pas vous en dire beaucoup plus... cela fait trois semaines maintenant que nous attendons son appel. Conclusion : la liaison entre le réseau commercial et les services marketing est la clé d'un taux de transformation élevé pour un campagne online et nous devons toujours commencer par là.

BforBank du Crédit agricole, un étonnant ovni.

Lancée par les Caisses régionales du Crédit Agricole, BforBank est plus exactement un OBNI (Objet Bancaire Non Identifié). En effet, cette banque ne ressemble à rien de connu jusqu'à présent : un nom anglophone, une identité visuelle "prêt à porter" et un concept qui va à l'encontre de toutes les recommandations de prudence : "Mon banquier, c'est moi".

Effet de la crise ou tendance de fond, a coup sûr BforBank est une audacieuse initiative du Crédit Agricole. Si 1/4 des clients des grands réseaux sont en contact régulier avec leur banque via Internet, les acteurs purement Internet n'ont pas su s'imposer. ZeBank ou Egg, ont disparu du marché, BNP Paribas a vendu Banque directe à Axa qui en a fait une offre bancaire à son nom. Dans ce contexte, pourquoi le Crédit Agricole se lance t-il dans l'aventure ?
Aujourd'hui, l'évolution des habitudes de consommation ont pris une véritable accélération (la crise y est pour quelque chose). Il est sûr qu'après Madoff et avec l'esprit trop "produit" des conseillers de clientèle des réseaux bancaires, il n'est pas étonnant qu'il y ait une niche non négligeable de particuliers désirant se passer complètement d'interlocuteur. Captant ses nouveaux consommateurs, quelques acteurs commencent à prospérer en dehors des réseaux traditionnels, comme ING Direct, Boursorama (filiale de la Société générale) et les filiales bancaires de groupes d'assurance. Pour les rattraper, le crédit Agricole a osé, chapeau !



Si, elle n'est pas la première banque à être fullweb, en revanche, elle est la première à se revendiquer "banque privée". BforBank n'est pas une banque dans le sens classique du terme mais, plutôt une plate forme de services en ligne autour de la gestion de patrimoine. Elle ne propose pas de cartes de crédit ni même d'ouvrir un compte mais, propose seulement des investissements. Naguère, une banque privée était un établissement qui apportait à ses clients, une qualité de conseil que l'on ne trouvait pas dans les banques classiques. Par cet aspect là, BforBank n'est pas non plus une banque privée même si je n'ai pas testé l'accueil téléphonique du 09 74 75 08 08 disponible de 8h à 22h...

GMF et Véolia sont partenaires autour du thème de l'écoresponsabilité.


Voici une initiative écologique et publicitaire qui sait s'appuyer sur le levier le plus efficace de notre psychologie, le porte monnaie.
Afin de nous sensibiliser sur l'impact écologique de nos déplacements, Veolia Transport et GMF Assurances ont noué un partenariat destiné à inciter financièrement les particuliers possesseurs de voiture, à utiliser les transports en commun.

GMF Assurances est la première compagnie à proposer l'offre Eco-Pass, une réduction de 10 % sur le montant de l'assurance voiture. Pour en bénéficier, il suffit d'être conducteur principal d'un véhicule assuré à la GMF et titulaire d'un abonnement annuel de transport en commun, nominatif et payant.
De plus, les habitants des villes partenaires, Béziers, Chambéry, Dunkerque, Nancy, Nice, Rouen, Saint-Etienne, Toulon et Valence, ont la chance de réaliser une autre économie : en souscrivant auprès de leur réseau de transport un abonnement annuel, ils économisent en moyenne trois mois sur le coût de leurs déplacements en transport en commun... de quoi déplacer les foules ! Visiter le site de l'opération : http://www.sedeplacermoinscher.com/

30 sept. 2009

Super Expert au service de la campagne de notoriété d'Assurtis !


Pour communiquer, Assurtis a mis en scène son personnage, Super Expert, grand sauveur des budgets en péril ! Issu d'une alliance entre April et Médiatis, Assurtis a démarrer depuis le 4 octobre, une campagne de notoriété sur TFI en parrainant pendant six semaines, l'émission "combien ça coûte ?" Je vous invite à jeter un coup d'oeil sur le site qui a été rénové pour l'occasion et à constater avec moi, l'esprit fithtees du design graphique, ce qui ne manque pas de donner à la communication d'Assurtis un important effet de mémorisation et beaucoup d'originalité (ciao, la photo de la famille souriante!). Un peu de légèreté et de deuxième degré ne fait pas de mal à ce secteur d'activité socialement très important. Voir le site.

29 sept. 2009

Cetelem ou Bingo crédit ?

En ré-appuyant là où c'est sensible, Cetelem veut modifier son image en se positionnant comme le partenaire du crédit responsable. Le concept de la campagne joue sur la caricature et l'humour, avec Bingo Crédit, la société de crédit de toutes les dérives du prêts personnels.
Le film TV ci-dessous, que je trouve très bien fait, est décliné en presse, en Street marketing (des livreurs en scooters grimés au code de Bingo crédit, distribueront des flyers) et sur le web, avec une campagne bannière et un film teaser intitulé "Paie un lifting à ta femme", mauvais goût assuré ! Campagne Buzz oblige ?



18 sept. 2009

"B for Bank", voici l'identité de la banque en ligne du Crédit Agricole


B for Bank, voici le nom très anglosaxon de la banque en ligne du Credit Agricole qui a été déposé dès juillet à l'Inpi. Une identité visuelle en noir et blanc qui ressemble à un logo pour une marque de prêt à porter. Il devrait s'accompagner d'une de ces deux signatures : "Ma banque privée en ligne" ou "Mon banquier, c'est moi ". Venu d'ING Direct, André Coisne pilote le dossier avec pour ambition de conquérir une nouvelle clientèle, celle des jeunes urbains d'où le look décalé de l'identité visuelle. Cette cible est plus enclin à faire confiance à une banque full web et à profiter des tarifs et des services supplémentaires inhérents à ce type d'établissement. C'est bien là où l'innovation sera à valider.

17 sept. 2009

Le Crédit agricole a créé une banque en ligne, lancement le 1er octobre !


Si 1/4 des clients des grands réseaux sont en contact régulier avec leur banque via Internet, les acteurs purement Internet n'ont pas su s'imposer. ZeBank ou Egg, ont disparu du marché, BNP Paribas a vendu Banque directe à Axa qui en a fait une offre bancaire à son nom. Dans ce contexte, pourquoi le Crédit Agricole se lance t-il dans l'aventure ?
Aujourd'hui, l'évolution des habitudes de consommation ont pris une véritable accélération (la crise y est pour quelque chose). Captant ses nouveaux consommateurs, quelques acteurs commencent à prospérer en dehors des réseaux traditionnels, comme ING Direct, Boursorama (filiale de la Société générale) et les filiales bancaires de groupes d'assurance. Pour les rattraper, le crédit Agricole lance une filiale tout Internet. Sous une marque qui reste pour l'instant secrète, le 1er octobre, la Banque verte lèvera le voile sur sa dernière-née. Source : Le figaro

16 sept. 2009

Pour Generali, Assurland ou Assu2000, la participation et la collaboration sont des stratégies marketing incontournables


Pour Assurland il n'y a pas de doute, depuis décembre 2008, Assurland a lancé le site Opinion-assurances.fr, site qui permet aux assurés de s'exprimer et de partager leur expérience de leur assurance sur 3 critères : le niveau de prix, le rapport qualité prix, le service client et la relation avec l'assureur.

La stratégie de GENERALI est un peu différente, elle consiste à s'appuyer sur le principe suivant : groupez vous pour payer moins cher. Via le site kontsurnous.fr, les internautes constituent des tribus de 2 à 15 "potes", chacun souscrit le contrat d'assurance qui lui correspond, la tribu cumule alors de points à chaque contrat souscrit et cas de sinistre, la personne concernée utilise les points de la tribu pour réduire sa franchise. C'est un peu compliqué et c'est sûrement pour cela que ce site de GENERALI ne fédère pas beaucoup. On retrouve le même principe mieux adapté, sur le site généraliste "forum-achat-groupe.fr". Il propose aux internautes de se grouper pour bénéficier de remises.

Assu2000 et Euro-Assurance, sa filiale d'assurance 100% en ligne ont préferé les réseaux sociaux et animent depuis quelque temps, un compte sur Twitter et Facebook. Nouvel outil de relation client, cette démarche suit la même logique que GENERALI et Assurland : celle d'offrir des zone de dialogue et d'échange avec les internautes. On peut saluer cette initiative encore peu en cours parmi leurs concurrents et cela malgrès la constatation qu'une bonne partie des utilisateurs des médias sociaux sont des femmes et des trentenaires. En revanche, ces zones de dialogue n'évite pas les problèmes clients... on peut lire un commentaire désastreux en 1ere page Google venant du site cia.fr, un site généraliste d’opinion. Ainsi, les média sociaux ne soustrait pas la marque de son obligation de vigilance de sa e-réputation.

Alors, quelle est la bonne démarche ? Communiquer, c'est savoir prendre un risque. Les bonnes réponses se trouvent dans l'ensemble des paramètres de l'entreprise qui amènent forcément à choisir une option plutôt qu'une autre, mais nul ne connait l'avenir. Voici une présentation sur une des visions possible de l'avenir du web, (il faut cliquer sur "play" pour faire avancer le script).



Pour nous aider à y voir plus claire, voici la conclusion d'un mémoire de maîtrise déposer à l'Université d'Ottawa par Manuela Teixeira, résumer très clair de la révolution internet pour les marketeurs : “le marketing traditionnel basé sur le modèle d'affaires préconisant la fréquence et la portée publicitaires dans les médias traditionnels est en perte de vitesse et sera graduellement remplacé par des stratégies de communications marketing facilitant la participation et la collaboration (Anderson, 2008 : 226). Les stratégies marketing, développées pendant l'ère industrielle (telle que la stratégie du push où le vendeur incite le consommateur à acheter le produit) doivent être revues et adaptées à une nouvelle réalité sociale où les recommandations des internautes supplantent l'argumentaire corporatif.”

Pour ma part, je pense que le "push" restera central et nécessaire dans la prise de décision tant que l'acte d'achat portera en lui cette part d'émotivité et d'irrationnelle qui en fait tout son attrait. En revanche, vient s'additionner Internet qui vient assainir le rapport aux clients. On ne peut plus faire de fausses promesses, omettre ou laisser des ambiguïtés sans s'exposer à avoir de mauvais commentaires et de mauvaises notes. Le bon équilibre entre les argumentaires de vente (la promesse produit) et la réalité de l'expérience client devient centrale. D'ailleur, la nouvelle façon de consommer pourrait être résumer par cette simple constatation : le consommateur est devenu un internaute. Il se renseigne avant achat sur le produit et la marque via les comparateurs, les réseaux sociaux, les blogs et autres sites pour consommateurs. La participation et la collaboration sont bien devenues des stratégies marketing incontournables.

15 sept. 2009

Gan Assurance lance une campagne multicanal sur ses produits Santé et Prévoyance


Gan Assurances lance une campagne qui s’articulera autour d'un plan média en relais dans leur réseau de 1000 agences, en MD accompagné d'une campagne d'e-pub et d'affiliation. Seront également de la partie, des sites thématiques et des outils e-CRM (jeu, widget …).
Voici pour commencer, la "landing page" de cette campagne cross-média sur le site http://www.masanteetmafamillepargan.com/ qui propose jusqu'au 31 décembre : 2 mois offerts et 60 fitness cubes à gagner... la preuve que les femmes sont bien celles qui ont tout pouvoir de décision concernant le choix de la protection santé de la famille.
Une campagne qui durera jusqu'au début 2010 et qui ne sera pas inutile de pister pour voir les options stratégiques retenues en terme d'achat d'espace... à suivre.

La MGC, Mutuelle Générale des Cheminots communique via le viral

La MGC, Mutuelle Générale des Cheminots est une mutuelle santé qui couvre depuis 125 ans, le personnel SNCF. En 2006, la MGC s'est ouverte à tous les assurés sociaux, cheminots et non cheminots.
Aujourd'hui, elle a choisie une option créative peu commune pour sa campagne de notoriété. Elle s'appuie sur de la vidéo "virale" pour accompagner la communication de sa nouvelle offre santé et de ses nouveaux services. A travers un site thématique : mgcfilms.com, elle diffuse sa première histoire « Sérial qui leurre » qui sera exclusivement diffusée via le web et est le premier petit film d’une longue série… Avec cette vidéo un peu trop longue à mon sens et un peu trop cliché, la MGC assume un choix très étonnant et assez unique sur ce marché...

10 sept. 2009

Succès pour une Opération de Street Marketing d'un assureur en ligne néerlandais

L'assureur en ligne vrijverzekerd.nl, a réalisé une campagne de street marketing basée sur une bonne blague : placer sur des voitures des stickers électrostatiques simulant la présence d'importantes rayures.
Le propriétaire pris d'effroi est vite soulagé en lisant le message écrit sur le sticker : « Nous réparons les dégâts aussi facilement que vous enlevez ce sticker. Assurez votre voiture chez Vrijverzekerd et bénéficiez d’une remise de 10 à 49% ».
Le succès de cette communication tient surtout au fait qu'elle a été relayée par de nombreux sites d'information belges et néerlandais. Nous saluons ici une bonne idée qui n'a couté que 1000 euros et qui a permis au site d'avoir un retour de notoriété très fort en orchestrant autour, des relations de presse efficaces et ce petit film virale. Une bonne leçon pour les courtiers français souvant frileux devant l'idée de collaborer avec une agence de communication. Oui ! savoir communiquer c'est savoir prendre un risque, c'est justement pour cela qu'il vaut mieux avoir la bonne idée d'y associer une agence :-)

AGF, Allianz : un film étonnant pour accompagner son changement d'identité

Depuis le printemps, Allianz communique sur son changement de nom. Il est vrai que changer de nom dans l'inconscient collectif, va de paire avec un changement de personnalité. Alors il n'est pas si surprenant que cela, de voir le leader européen prendre tout son temps pour accompagner son changement d'identité auprès de ses 3 millions de clients français. De notre point de vue d'agence, tuer une marque est toujours un évènement intéressant. Voici donc, le dernier film qui nous plonge dans l'esprit d'un de leur client nommé claude, dont la conscience prend la forme d'un comité de direction à la façon d'Orson Welles (à voir Le procès d'après Kafka).

3 sept. 2009

La gratuité s'efface lentement de la toile...

BuzzParadise propose un service de mise en relation entre les marques et les blogueurs. "de mise en relation"? disons plutôt qu'il propose aux marques et aux agences de donner un gros "coup de pouce" pour rendre une vidéo "virale".
Comment ? Simplement en rémunérant les blogs qui diffusent la vidéo. Par exemple, à chaque fois que vous visionnez la vidéo ci-dessous, l'agence gagne 0,05 euros. Super ! Mais la question de fond est de savoir si le ressort un peu mystérieux qui faisait ou ne faisait pas le succès d'une vidéo ne va pas se faire remplacer par de grandes campagnes savamment orchestrées ? La gratuité s'efface lentement de la toile. En tous cas, Désormais, il sera difficile de ne pas mentionner ce "coup de pouce" dans ses recommandations stratégiques.

Vidéo virale : la communication par l'expérience !

Voici une vidéo qui incite a redoubler d'attention,
une belle preuve que l'expérience est un véhicule efficace
pour communiquer.

31 août 2009

HSBC fait une belle campagne interactive


Encore une fois, c'est HSBC qui fait l'actualité de notre blog, car il serait fort dommage de passer à côté de cette campagne qui est intéressante par bien des aspects. S'appuyant sur sa spécificité de banque avec 100 millions de clients sur 86 pays, HSBC a créé une campagne interactive sur le thème des différences. La campagne invite le visiteur à choisir parmis trois visuels en rapport avec une valeur. Une fois choisie, le pourcentage de clics généré par chaque image est dévoilé. Ce petit "jeux/sondage" permet à la banque de conclure à chaque fois : "Chacun accorde une valeur différentes à ce qui l'entoure. C'est pourquoi nous offrons des solutions bancaires adaptées à chacun".
Malgrés un temps de chargement un peu trop long, voici une façon efficace de marteler un message et de décomplexer tout le monde car le participatif et l'individualisation sont aujourd'hui les ressorts essentiels d'internet.
Le hic se situe dans le clic d'après qui envoie simplement sur une page du site corporate, sans aucune suite logique. Dommage de se passer d'une page dédiée à la campagne pour clore le scénario. Voir la campagne.

27 août 2009

Il manque un étage au dispositif de la campagne de "votreargent.fr"

Réussir à faire remplir un formulaire à un internaute n'est pas chose facile. En s'appuyant sur l'expérience utilisateur, il faut tester des idées pour trouver la bonne formule. Voici un contre exemple : la campagne de votreargent.fr sur le site lexpress.fr. Les deux sites appartenant au même groupe, c'est un façon de transformer certaines visites en leads dont les prix de vente sont les plus élevés du marché. Ce qui est intéressant de remarquer, c'est qu'il manque un étage au dispositif. En effet, la bannière dirige l'internaute directement sur le formulaire sans aucune explication. Toutes les règles qui permettent d'accompagner l'internaute dans cette démarche fastidieuse sont absentes. Pour aider l'internaute à aller jusqu'au bout d'un formulaire, il faut une carotte ou/et un argumentaire expliquant les avantages et les plus qu'il en retirera. Autre règle, mettre en place un visuel "curseur" permettant de suivre sa progression dans les étapes du formulaire pour ne pas qu'il se décourage en cours de route. Il existe bien d'autres petites astuces à mettre en place. Certes, cela prend du temps et à un coût de développement, mais sans ce minimum de réflexion, de mises au point et d'investissement, ces formulaires sont une vraie torture que seul plus courageux peuvent traverser. Aller sur la page d'accueil de la campagne

Crédit Mutuel : passeport pour Disneyland !


La campagne du Crédit Mutuel qui a eu lieu cet été, incitait les clients de la banque à ouvrir un livret épargne en leur offrant pour chaque ouverture, un passeport annuel pour Disneyland. Cette offre "magique" s'appuit sur l'attractivité du monde de Disney auprès des enfants et surtout auprès des parents. En effet, en ces temps de crise, cette opération est tombée à pic. Cette année les familles sont moins parties en vacances et ont dû trouver des occupations pour les enfants. Enfin, je vois une vertu supplémentaire à cette offre, elle associe le Crédit Mutuel à un moment de joie en famille. Une bonne idée qui ne doit pas faire oublier le rôle de conseil et d'information que la banque doit à ces clients au préalable de toutes souscriptions. Hein oui ! le monde de Disney n'est pas toujours celui des bisounours.

25 août 2009

Souscription en ligne, l'art d'inciter sans susciter le rejet


Sur le web et dans le marketing direct, les -20%, les mois gratuits et les frais de dossiers offerts, n'ont plus réellement d'impact car ils sont systématiquement présents. Pour aller au-delà, bien d'autres outils existent.
Par exemple, sur le site d'HSBC Business Direct, il y a un étonnant outil incitatif, un Quizz qui permet de savoir si le service correspond à ses besoins. Voilà une idée qui répond a une interrogation qui freine la prise de décision : est-ce pour moi ?

Autre exemple, l'autre jour, je suis allé visiter le comparateur "Mutuelles et Complémentaires Santé" : santiane.fr. Spécialiste depuis plus de 5 ans, ce comparateur m'as surpris par la qualité de ses fonctionnalités. Mais, il ne s'arrête pas là. 1 heures après, je reçois un appel d'un vendeur qui me propose d'affiner ma recherche. Après 2 minutes de mise au point au téléphone, j'ai reçu par e-mail 5 propositions détaillées de complémentaires avec les coordonnées de mon conseiller, un pdf par proposition et une incitation à la souscription en ligne. Veuillez noter sur l'image en dessous, le soin apporté aux intitulés des e-mail qui permettent de lire les tarifs. J'avoue qu'une telle réactivité est très confortable pour le client.

L'idée d'être trop respectueux de ses prospects ne va pas dans le sens de la vente. Si on est sûr de son produit ou de son service, il vaut mieux le faire savoir, être plus directif et mettre un peu de pression. Quand il est justifié, ce type de dispositif n'est pas intrusif mais devient une aide à la décision, un "push" accepté. Voir le quizz HSBC Business-direct

21 août 2009

Appel à contribution : "Publicités intrusives : faut-il réguler le marché ?"


Le Journal du Net fait un appel à contribution autour du thème "Publicités intrusives : faut-il réguler le marché ?" Voici la contribution de l'agence :

Quel sentiment avez-vous quant au développement des formats de publicité intrusifs (pop-up, interstitiels persistants, pub "in text"...) ?
Tout les internautes ont eu une expérience désagréable avec l'e-pub. Mais il faut prendre en compte deux choses : 1/ L'inventivité c'est le fond de commerce des publicitaires et toute les entreprises en ont besoin pour communiquer et pour vendre. Cette dynamique est celle de l'audace et de la créativité, elle est positive.
2/ Les sites web sont gratuits. Il est donc légitime qu'ils puissent proposer des formats plus intrusifs et donc plus cher. C'est un balancier avec, d'un côté la valeur du service rendu gratuitement et de l'autre l'inconfort généré par l'e-pub. Personne n'est la propriété de personne, c'est cela la liberté sur internet. C'est elle qui faut respecter, non pas une nouvelle loi.

Avantages, inconvénients, quelles seraient selon vous les conséquences d’une régulation du marché ?
Tout est dit dans la réponse précédente.

Qui devrait se charger d’une telle régulation ? Les autorités nationales, internationales, les représentants des professionnels comme l’IAB par exemple… ?
Votre question prouve la folie d'une telle démarche. Pourquoi générer des charges financières supplémentaires (des impôts en plus) pour un problème d'incorfort personnel ? La régulation se fait toute seule, via le nombre de visites.

Pour donner votre avis cliquez-là : Venez y partriciper.

28 juil. 2009

FEVAD : le nouveau label pour les sites comparateurs n'intéresse pas ceux du secteur banque/assurance ?


Aucun site du secteur Banque/assurance n'ont signé la Charte de confiance destinée à renforcer la qualité et la transparence des services de comparaisons en ligne. Alors que, sous l’égide du Secrétariat d’Etat à l’économie numérique et de la Fevad, les principaux sites comparateurs (EasyVoyage, Kelkoo, LeGuide.com, PriceRunner.fr, Shopping.com et VoyagerMoinsCher.com) s'y sont associés.
Les Français sont de plus en plus nombreux à avoir le réflexe "post-achat" de solliciter les sites comparateurs. Plus de la moitié des internautes (55%) fréquente ce type de sites au moment de préparer leurs achats. Or une simple comparaison des prix est incomplète, si la qualité, la garantie et le délai de livraison ne sont pas équivalents. Cette charte garantit l’actualisation des informations, la transparence des modes de classement utilisés, et une information complète sur les prestations proposées par les sites marchands (garantie, délais de livraison, etc.). Il est fort dommage qu'aucun site du secteur banque/assurance ne soit présent, ce constat n'est pas très brillant. Faisons un tout petit tours des principaux sites comparateurs : classementdesbanques.com a la particularité de vous présenter les banques en ligne dans un classement qui va de la meilleur à la moins bonne... Le problème est qu'aucune explication sur les critère de notation n'est spécifiée et les internautes ne peuvent pas donner leurs avis ni influencer le classement. Sur argentmag.com, cela s'améliore avec un système ingénieux de comparaison par critère. Pour banques-en-ligne.fr, même principe avec plus d'explications et de détails, sûrement le plus complet. Pour l'assurance nous trouvons Assurland, Kelassur et Hyperassur, ce dernier est le seul à arborer une charte et à revendiquer une parfaite indépendance.
Ainsi, le label de la Fevad aura peut-être la vertue de faire bouger les choses.

18 juil. 2009

Est-il plus onéreux de mettre en place une individualisation de sa communication écrite que de s'en passer ?


Faire un magazine à destination de ses clients semble être un atout de fidélisation et un outil de cross selling efficace mais les coûts engendrés pour sa conception, sa fabrication et son expédition rendent le retour sur investissement difficile. Alors individualiser sa communication écrite est-il la solution ? Est-il plus onéreux de le mettre en place ou de s'en passer ?
Une chose est certaine, les études le montrent régulièrement, individualiser les communications écrites dope leurs efficacités et la tendance va vers un marketing ciblé. Alors concrètement ? Si la technologie est aujourd'hui au point et sa mise en place bien rodée, cela ne va pas sans surcoûts : 1er surcoût, le contenu. Il faut concevoir d'un côté des articles généralistes et de l'autre des articles spécifiques à chacune des typologies ciblées. 2e surcoût, l'imprimeur devient un prestataire technique qui associe aux nouvelles technologies d'impression numérique, votre base de données clients, permettant ainsi avec des critères prédéfinis de déployer une communication individualisée.
Prenons un exemple, celui des clients du Crédit Mutuel qui à titre professionnel reçoivent directement dans leurs boîtes aux lettres la revue « ParlonsPro ». Cette revue informe sur les produits et services de la banque mais également sur l'actualité économique, fiscale et sociale. Une façon de mélanger infos pratiques et informations produits. Mais le contenu reste générale et les sujets abordés correspondent aux préoccupations d'une petite partie de la cible. Pourtant, le Crédit Mutuel a toutes les données qui lui permettraient d'atteindre une pertinence diabolique car les problématiques sont très différentes selon que l'entreprise est une micro, une petite, une moyenne ou une grande entreprise, selon la nature du secteur et le type de son activité. Alors, pourquoi ne pas croire jusqu'au bout à la démarche en profitant de ce que permet les nouvelles technologies ?
N'hésitez pas à nous solliciter pour avoir une estimation chiffrée de l'individualisation de votre support de communication. La pertinence de l'information est centrale pour les entreprises car elles évoluent dans un contexte de changement rapide et où la diversification des sources rendent la bonne information plus difficile à trouver. Pour plus de renseignement...

15 juil. 2009

HSBC passe exclusivement par internet pour toucher les seniors !


HSBC Assurances choisit de faire une campagne exclusivement sur le web pour communiquer auprès des seniors. S'il restent des septiques sur la pertinence de ce choix, je tiens à préciser qu'HSBC a fait des séniors un sujet de connaissance dont il revendique l'excellence.
En effet, l’allongement de la durée de la vie est l’un des 3 grands défis du 21ème siècle. C’est dans cet état d'esprit que le Groupe HSBC a lancé «Future of Retirement» (FoR). Il s’agit d'une étude qui a porté sur plus de 20 000 personnes dans 20 pays dont la France, ce qui a permis à HSBC Assurances de se positionner en véritable expert sur ces problématiques. Les «nouveaux seniors» ont la volonté d’adopter des nouveaux modèles de vie, ponctués d’activités, de loisirs et d’échanges intergénérationnels : pour 78% d'entre eux, la retraite constitue le départ d’une nouvelle vie. Bref, ils sont porteurs de projets, ils passent du temps sur le net et ils connaissent toute les ficelles et ce n'est pas les équipe d'HSBC qui me contrediront. Voici le dispositif de la campagne :
1/ Déploiement de bannières sur plus de 45 sites (informatifs, économiques et seniors).
2/ Référencement de mots-clés liés sur Google couvrant 4 thématiques : l’assurance vie, la préparation de la retraite, la retraite active et la longévité.
3/ Chaque bannière et l’ensemble des liens sponsorisés renvoient sur le site hsbcassurances.fr qui fait peau neuve : un espace dédié à l’engagement de HSBC Assurances sur la longévité, reprenant l’ensemble des études mais aussi du contenu événementiel (partenariats, conférences…) et un jeu concours pour gagner de nombreux coffrets sport extrême, Thalasso,...

Natixis lance une nouvelle identité : Banque Privée 1818


Il est toujours étonnant de voir des logotypes ne pas changer pendant 50 ans et étonnant de voir avec quelle facilité, les noms et les identités visuelles du secteur bancaire peuvent changer et évoluer rapidement. Est-ce une résultante du dynamisme des fusions, des regroupements et autres modifications de stratégie ? Est-ce le besoin de souder les équipes autour d'un nouveau projet collectif ? Une sorte de redéfinition permanente du rôle de la banque semble accompagner des métiers loin d'être aussi statiques que l'imaginaire collectif semble vouloir les cantonner.
La fusion de la Banque Privée Saint Dominique et de La Compagnie 1818 a créé une nouvelle entité qui a pris le nom de Banque Privée 1818. Ce qui est amusant c'est de mettre en perspective ceci : la Caisse d'épargne avait créé La Compagnie 1818, pour regrouper ses activités de gestion privée en 2005 soit il y a 4 ans seulement. L'identité visuelle conçue à l'époque était une vraie réussite d'un point de vue typographique avec une élégante Bodoni, typographie italienne du 18e. Ce choix voulait sûrement ancrer cette jeune marque dans la rassurante tradition tout en créant la rupture avec les codes d'expression du marché. La nouvelle identité fait un virage à 90° avec un caractère beaucoup plus récent et un basculement du 2e "18" qui laisse à penser que le mot d'ordre était de plonger dans le 21e siècle. Mais, ce que les signes ne doivent pas nous faire oublier, c'est qu'en eux-même ils ne servent à rien si ils ne correspondent pas à des modifications de fond.

7 juil. 2009

Vous ne comprenez pas l'importance de communiquer sur les réseaux sociaux ?

Cette vidéo expose un produit fictif (Blank) qui pourrait être remplacée par n'importe quelle autre produit ou service (le votre) et explique la démarche d'un internaute lambda cherchant de l'information avant de passer à l'acte d'achat (Source le blog de greg).
Elle montre cette nouvelle façon de consommer qui consiste à faire le tour de l'information sur le produit et les marques qui le distribue ou le fabrique. Cette recherche passe à travers les articles de presse mais surtout à travers les avis des utilisateurs et démontre l'importance de la présence sur le web de la marque et de la participation de cette dernière aux discussions sur le web et l'importance de la e-réputation,



Dans une société de surchoix il faut savoir se différencier par la qualité de sa relation client qui passe bien entendu aussi par la communication sur les réseaux sociaux. La relation client doit être au centre des préoccupations de toute les équipes. Son site (souscription comprise) ainsi que le produit vendu doivent être irréprochables. Les argumentaires doivent être conçus dans la plus grande probité. C'est à partir de cette démarche que peut s'articuler une communication sur les réseaux sociaux.
Avec un partenaire reconnu dans le domaine de l'aide à la décision, nous avons mis au point un outil qui permettra aux cadres de déléguer à un tiers, la capacité de répondre au nom de la marque sur les forums, les blogs et les réseaux sociaux, et ceci en toute sécurité. Je vous en dirais plus à la rentrée...

25 juin 2009

NOVALIS lance sa nouvelle campagne médias

Le Groupe NOVALIS TAITBOUT lance sa nouvelle campagne médias sous sa marque commerciale NOVALIS. Les annonces presse fonctionnent sur une mécanique d'association. Elle associe son image à celle de personnalités le plus souvent méconnues du grand public, comme elle, et dont l’engagement, les innovations et le courage sont exemplaires dans leur mission d’intérêt général en impactant des millions de personnes, également comme elle : « NOVALIS protège la vie, la santé et l’avenir de 4 millions de personnes ». L'association fonctionne à merveille mais la direction artistique n'est pas à la hauteur. Le choix de photos où les personnalités sourient est trop consensuel et n'interpelle pas assez, leurs détourages avec un ombré n'est pas très heureux non plus.

Retrouver la campagne dans 7 supports de presse : le Monde, Les Echos, L’Express, Le Point, Le Nouvel Observateur, Enjeux Les Echos et L’Expansion, sur 3 sites : lesechos.fr, tpe-pme.com, salondesentrepreneurs.fr et en télévision sur les deux chaînes leaders de l’information en continue : BFM TV et ITV.

24 juin 2009

HSBC : les CGV ne sont pas un argumentaire de vente


HSBC vient de lancer une campagne d'e-mailing à destination des professionnels. Le 2e groupe bancaire mondial au 100 millions de clients, lance à destination des nouveaux entrepreneurs et des entreprises en général, un service entièrement en ligne : HSBC Business Direct.
Leur présence internationale est évidemment un atout mais, une image de banque chère lui colle à la peau alors que ces tarifs se situent en dessous dans la moyenne. C'est sûrement pour cela que l'argument central de cet e-mailing est son tarif de 20 euros/mois. Si l'on est séduit par cet argument, le premier réflexe est d'aller voir à quoi il donne droit. Pour le savoir HSBC nous propose une page web avec une série d'arguments dont le fameux tarif de 20 euros avec la phrase suivante : "Un forfait mensuel fixe de 20 € HT, sans frais additionnel dans la limite des opérations offertes dans le cadre du forfait (1)." le (1) en bas de page correspond à un lien vers les CGV.
Si l'on résume : un prospect qui n'a rien demandé, reçoit un e-mail d'HSBC qui l'invite indirectement à lire les 5 pages de ses conditions générales de vente. Même si la réglementation est très stricte au niveau de la communication bancaire, un argumentaire intermédiaire plus succinct n'aurait pas été ni inutile, ni hors la loi, ni plus simplement du luxe. Visite de la page

22 juin 2009

Comment les médias sociaux et l'e-mailing peuvent-ils se renforcer l'un l'autre ? le cas Amaguiz.com


Ses dernières années, le courrier électronique a connu une croissance incroyable en raison de son coût-efficacité, de l'immédiateté des résultats et de son retour sur investissement élevé. Son côté intrusif a poussé la plupart des marques à le déguiser en newsletter beaucoup plus opt'in. Dans le même temps, les médias sociaux ont explosé avec Facebook, Twitter, les blogs,... qui sont devenus un mode de vie. Comment les médias sociaux et l'e-mailing peuvent-ils se renforcer l'un l'autre ?
Appuyons-nous sur un cas concret et analysons la newsletter d'Amaguiz.com, un des leaders de l'assurance lowcost en France. Le contenu de la newsletter d'Amaguiz.com est essentiellement tournée sur son actualité : nouveauté produit, obtention d'un label, son spot TV,... pas un seul article n'échappe à cette règle. Normale ! me diriez-vous. Et bien non, la norme qui prévaut est au contraire celle-ci : vos clients/prospects doivent-être votre sujet, la pertinence votre ligne éditoriale. Ainsi, cette newsletter semble avoir peu de chance d'être réellement lu malgré son look attrayant. A cela, on peut ajouter qu'un contenu éditorial bien pensé s'adapte très facilement sur tout les relais de communication que sont les médias sociaux. Les médias sociaux permettent d’interagir avec des personnes, le but primordial n’étant pas de faire passer un message mais d’instaurer le dialogue et l’écoute. Ils sont un moyen de créer un engagement à long terme et d’établir une relation de confiance. Rien d’étonnant que la page d'Amaguiz sur twitter reste désespérément sans contenu et que le site Amaguiz sur Facebook soit tenu par les fans de ses spots TV car créer des contenus spécifiques pour chacun est un travail beaucoup trop chronophage. Chez Nouvelles Rives, nous proposons de vous aider à mettre en place votre charte éditoriale, vos équipes de rédaction et le process pour automatiser l'ensemble de la diffusion.
En conclusion, les médias sociaux et l'e-mailing peuvent se renforcer l'un l'autre grâce à un rédactionnel tourné vers les attentes des internautes. Il ne vaut mieux pas se tromper de ligne éditoriale... car, c'est sur l'ensemble des supports que l'on rate son rendez-vous avec ses futurs clients, à moins d'en avoir les moyens, suivez mon regard :-)

Banques, venez-vous défendre !


Avec tous les écrits et les réflexions très savantes que nous lisons sur les médias sociaux, ce cas concret est un rafraîchissement.
En effet, nous venons de trouver sur un blog à qui nous rendons visite de temps en temps, une discussion qui devrait intéresser les professionnels. Le thème : Comment choisit-on sa banque ? Le cas ING Direct. Édifiant petit résumé de l'état de l'opinion au sujet des banques, il y a du négatif et aussi du positif (si ! si !). Après l'article, surtout n’oublier pas la série de commentaires, ils valent la lecture.
Mais, on accepte de vous donner l'adresse de cette discusion qu'à une seule condition : celle que vous participiez à votre tour aux commentaires de ce blog pour que le professionnel que vous êtes, puisse expliquer comment en réalité, l'on devrait choisir sa banque : On compte sur vous pour tenir parole ! Il y a également la même discusion sur le forum de Yahoo, cliquez . Dans un autre genre, des sites conçus comme de vrais outils pour faire son choix existent, c'est le cas de l'excellent banketto.fr.
BenchmarkGroup a sorti une étude sur : Ce que pensent les clients de leur banque. La population étudiée se compose de 4 304 personnes représentatives de la population française. Avec 1990 euros HT en moins, vous pourrez lire les résultats de cette étude qui constituent un outil statistique pour aider les grands réseaux bancaires à se situer par rapport à la concurrence et mieux cerner le degré de satisfaction et le comportement de leurs clients. Acheter l'étude.

EcoBank.fr, un site indépendant de conseils aux internautes


EcoBank.fr est un site éponyme du réseau bancaire africain. EcoBank.fr propose aux internautes de poser leurs questions sur le Rachat de crédit, le crédit à la consommation ou immobilier, sur ses assurances, sa mutuelle ou son assurances-vie, bref, sur l'ensemble des activités qui suscitent le plus de campagnes de pub et de concurrences sur le net.
Les réponses gratuites sont très simples et courtes : en 3 lignes parfois 5, elles se terminent à peu prêt de la même manière « c'est à force de faire des demandes et comparer que vous obtiendrez le bon tarif. » et juste au-dessus on trouve les annonces Google. Pour les start-ups, ce site répond à la question : comment rentabiliser un maximum ses annonces AdSense ? Ce billard à trois bandes : (questions, réponses, annonces) prouve que le dialogue est un fondamental du net, avec pour preuve plus de 10000 visiteurs uniques par jour pour ce site qui ressemble à une « foire-fouille » aux questions/réponses mais qui a le mérite de répondre à un vrai besoin de conseil on-line indépendant. Le charme tient peut-être aussi à son fondateur qui revendique un ton éditorial très libre, une indépendance sans faille et qui n'a pas non plus, sa langue dans sa poche... lire sa présentation

3 juin 2009

Veille produit : le nouveau Guide des Produits d’Assurance 2009 vient de paraître


Publié par Publi-News, ce guide présente 170 produits et services d’assurance lancés par les compagnies d’assurance et les courtiers, entre novembre 2007 et octobre 2008, sur le marché des particuliers, des professionnels et des entreprises : assurance-vie, épargne, santé, prévoyance, assurance auto/moto, assurance habitation. Etrangement, il est vendu 770 euros HT en format papier et 1030 euros HT en format pdf... pas très écolo ! Pour ceux qui connaissent cet ouvrage, n'hésitez pas à poster votre sentiment sur ses qualités ou ses défauts. Vous trouverez avec ce lien, plus d'infos et le bon de commande.

25 mai 2009

Chabal repique avec Smatis


Pour la deuxième année consécutive, Sébastien CHABAL porte la communication et les valeurs de la Mutuelle SMATIS. Ce personnage très populaire permet à la mutuelle de se construire une notoriété et une image bien à elle, sur ce marché où la concurrence fait rage. Cette année, la communication s'articule autour des nouvelles offres : "Smatis Banco" et "Smatis Coup dur". Malgrès ses nombreuses apparitions avec des annonceurs très différents, le rugbyman est un choix légitime au regard de la sympathie "gauloise" qu'il suscite. Une campagne qui se relaie en presse, affichage, radio, marketing direct. Il est resté peu de budget pour leur nouveau site. Sans vidéo, ni d'argumentaire animé, le site s'en tire plutôt bien. La navigation permet de trouver très rapidement son produit grâce à un catalogue très bien marqueté. Visuellement des petits pictos 3D et des noms très explicites facilitent la lecture; une bonne ergonomie. Comme quoi, le budget n'est pas une solution en soi sur le web à condition que la conception (design et texte) soit très soignée.
En accueil, un jeu fait toute l'animation. Sa conception ne va pas le faire rentrer dans l'histoire du web. Il est classiquement là pour récolter de l'adresse mail et s'appuit sur un questionnaire "plus produit". Rien de neuf mais que du sûr à l'image de notre Chabal national. Visite

22 mai 2009

Partenariat entre Planet Patrimoine et Allo Finance


Le "méga"site d'information pour les seniors, planet.fr, éditait une horrible et inintéressante newsletter "planet Patrimoine" composée uniquement de publi-rédactionnel. La voici entièrement rénovée grâce au contenu éditorial d'Allo Finance. Allo Finance est un conseiller en investissement financier on-line. Un conseiller ? Filiale du groupe Euroland Finance, ce conseiller ne conseille que le produit EUROLAND BEST OF France, un fond de fonds, composé de fonds d'actions françaises et européennes... Mais cet acteur a su investir depuis pas mal de temps dans l'édition de contenus en ligne de qualité et grâce à ce partenariat, il va pouvoir toucher l'ensemble des internautes de Planet.fr. Planet.fr de son côté, améliore l'intérêt éditorial de sa newsletter afin de vendre ses espaces plus chers à des annonceurs plus prestigieux. Un monde parfait en somme !

20 mai 2009

La charte Hyperassur, un support idéal pour une stratégie sur les médias sociaux


Comment mettre en place une stratégie pérenne sur les médias sociaux ? Hyperassur vient de lancer la charte Hyperassur...
Tanguy Thévenet, le directeur général d'Hyperassur a su mener une démarche éthique et la réussite commerciale d'Hyperassur fait de cette start'up, une véritable "success story" du métier. La charte de cet excellent comparateur est ancrée autour de leur argument principal d'indépendance et répond au positionnement de la marque dans la nébuleuse des comparateurs d'assurance.
La charte est une excellente idée, mais l'internaute est invité à lire une ennuyeuse lettre et à télécharger un document qui ne l'est pas moins. Cette forme très juridique se justifie très bien mais la charte risque de rester confidentielle et de passer à côté d'une vrai occasion, je m'explique :
Les arguments rationnels et les listes d'avantages produit ne peuvent pas tout. L'émotion est souvent plus efficace, car elle fait vivre une vraie expérience de marque. Arriver à combiner arguments classiques et « démarche émotionnelle », est l'art de la création en publicité.
Sur internet, les internautes se réapproprient le contenu. L'internaute est un acteur via les réseaux sociaux et les blogs. La plupart des internautes ne disposent pas du temps nécessaire à la création de contenus propres. Le plus simple pour eux est de partager des informations existantes et les chartes éthiques en font partie. Le contenu partagé devient un atout pour celui qui le transfère. D'où l'intérêt, pour les entreprises, de mettre en place des stratégies de communication adéquates : videos, articles, jeux, widget, ... mais au delà, mettre en place une mécanique de communication bâtit autour d’une problématique centrée utilisateur (et non produit) en échos avec les valeurs de la marque. Une tendance de fond est la valorisation du capital humain avec des marques qui deviennent sur internet, des plates-formes relationnelles.

Pour revenir à la charte d'Hyperassur, elle est un support idéal sur lequel déployer toute une communication sur le net et cela dans la durée. Les possibilités ne manquent pas et les occasions non plus à condition de savoir les orchestrer. Chez Nouvelles Rives, cette réflexion est le cœur de notre démarche de créatif. Lire la charte Hyperassur.

18 mai 2009

5 collaborateurs d’AXA entretiennent un blog


Pour communiquer et échanger avec des jeunes diplômés, cinq jeunes collaborateurs rendent compte de leur travail et de leur vie au quotidien chez le 1er assureur multibranche de Suisse, AXA Winterthur. Alors pourquoi prend le temps de faire ce blog ? La réponse tient sûrement à leur proximité avec la cible. Ils connaissent les interrogations et les doutes des jeunes diplômés. Ils savent également ce qui les séduisent. L'existence de cette zone de dialogue prouve aux récents diplômés, qu'ils trouveront chez AXA Winterthur de l'espace pour l'initiative et la créativité. N'est-ce pas déjà un argument de poids ?
«Grâce au blog des diplômés, nous pouvons nous adresser directement à des collaborateurs potentiels», explique Markus Keller, responsable Marketing. Ce blog est certes un outil de dialogue mais il est porteur en lui-même de valeurs car, les cinq auteurs s'impliquent directement. Le respect, le dialogue, l'échange, l'initiative, la confiance sont les valeurs qu'ils véhiculent et qui séduisent les jeunes ainsi que tous les autres. On adhère très vite à cette initiative qui libère la parole. Encore une illustration créative de ce que peut apporter le web. Nous souhaitons une belle réussite à cette expérience saine et sympathique. Visite, PS : lisez-vous l'allemand ?

15 mai 2009

allsecur.fr, un site où la sobriété paye


Nouvelle marque créée en France en 2008, AllSecur est un assureur en ligne du groupe Allianz, le leader européen de l’assurance et des services financiers.
Son site reflète bien le savoir faire d'un groupe qui sait manifestement développer des services online efficaces et des tarifs qui concurrencent directement des sites comme amaguiz, assuronline, idmacif ou euro-assurance... La navigation, l'argumentation animée et la sobriété des informations font de la page d'accueil un bel exemple de design on-line. Nul outil, calculette ou simulateur, le site met en valeur uniquement son service : la souscription en ligne. Il va à l'essentiel sans faire l'économie d'offrir aux internautes l'ensemble des informations nécessaires avant une décision. Une belle leçon d'efficacité qui nous prouve que même avec une photo aussi bébête en accueil, on peut réussir un site web. Le secret ? D'abord respecter les principes communs à l'ensemble des disciplines du design (équilibre, rythme, proportions, dominance et unité). Ensuite centrer les fonctionalités et le rédactionnel sur "la raison d'être" du site. Enfin, avec la stratégie la plus adéquate, faire venir les internautes intéressés par cette "raison d'être". Passionnant internet !
En conclusion, AllSecur est un acteur à suivre car si il propose aujourd'hui, une gamme complète d’assurances automobile, il proposera très prochainement des offres d’assurance dans d’autres domaines, avec dans un premier temps, une offre d’assurance habitation. Visite du site

Malakoff médéric lance son nouveau site corporate


Dans la même logique que sa campagne de communication, Malakoff médéric nous propose un site avec une esthétique réussie. Une place prédominante est donnée à une belle série de portraits d’ados et d’enfants qui font échos à la baseline “PRÉSENTS POUR VOTRE AVENIR”. Plus interactif, le site propose de nombreuses animations, des contenus pédagogiques et des outils d’aide à la décision (simulateurs). On peut noter une similitude entre les animations et la campagne de la Société Générale avec l'utilisation de personnage de la "vrai vie" pour illustrer leurs métiers. Je ne suis pas sûr que dans ces deux cas l'effet miroir fonctionne très bien. En revanche, on sent très nettement la volonté du Groupe de renforcer son image d’assureur résolument moderne et proche de ses clients. Malheureusement, l’ergonomie du site est assez confuse. Il faut pas mal de temps pour s’habituer à ses grands changements d’image. À chaque clic, on est un peu perdu. C’est peut-être pour cela que l'on trouve en bas de chaque page, le sommaire complet du site. Les premières sensations donnent envie de prendre son téléphone plutôt que rester en ligne. Le site demande trop à l’internaute avec toutes ses entrées de lecture.
Sinon, ce site mérite aussi des compliments : bravo pour ses pages d’information très bien rédigées avec des chapitres “à tiroir” très pratiques, bravo à l’esthétique, à la mise en page, aux couleurs, aux animations et à la volonté du groupe exprimée par Guillaume Sarkozy de répondre aux nouvelles valeurs qu'impose le net : transparence et lisibilité. Visite