Pages

25 juin 2009

NOVALIS lance sa nouvelle campagne médias

Le Groupe NOVALIS TAITBOUT lance sa nouvelle campagne médias sous sa marque commerciale NOVALIS. Les annonces presse fonctionnent sur une mécanique d'association. Elle associe son image à celle de personnalités le plus souvent méconnues du grand public, comme elle, et dont l’engagement, les innovations et le courage sont exemplaires dans leur mission d’intérêt général en impactant des millions de personnes, également comme elle : « NOVALIS protège la vie, la santé et l’avenir de 4 millions de personnes ». L'association fonctionne à merveille mais la direction artistique n'est pas à la hauteur. Le choix de photos où les personnalités sourient est trop consensuel et n'interpelle pas assez, leurs détourages avec un ombré n'est pas très heureux non plus.

Retrouver la campagne dans 7 supports de presse : le Monde, Les Echos, L’Express, Le Point, Le Nouvel Observateur, Enjeux Les Echos et L’Expansion, sur 3 sites : lesechos.fr, tpe-pme.com, salondesentrepreneurs.fr et en télévision sur les deux chaînes leaders de l’information en continue : BFM TV et ITV.

24 juin 2009

HSBC : les CGV ne sont pas un argumentaire de vente


HSBC vient de lancer une campagne d'e-mailing à destination des professionnels. Le 2e groupe bancaire mondial au 100 millions de clients, lance à destination des nouveaux entrepreneurs et des entreprises en général, un service entièrement en ligne : HSBC Business Direct.
Leur présence internationale est évidemment un atout mais, une image de banque chère lui colle à la peau alors que ces tarifs se situent en dessous dans la moyenne. C'est sûrement pour cela que l'argument central de cet e-mailing est son tarif de 20 euros/mois. Si l'on est séduit par cet argument, le premier réflexe est d'aller voir à quoi il donne droit. Pour le savoir HSBC nous propose une page web avec une série d'arguments dont le fameux tarif de 20 euros avec la phrase suivante : "Un forfait mensuel fixe de 20 € HT, sans frais additionnel dans la limite des opérations offertes dans le cadre du forfait (1)." le (1) en bas de page correspond à un lien vers les CGV.
Si l'on résume : un prospect qui n'a rien demandé, reçoit un e-mail d'HSBC qui l'invite indirectement à lire les 5 pages de ses conditions générales de vente. Même si la réglementation est très stricte au niveau de la communication bancaire, un argumentaire intermédiaire plus succinct n'aurait pas été ni inutile, ni hors la loi, ni plus simplement du luxe. Visite de la page

22 juin 2009

Comment les médias sociaux et l'e-mailing peuvent-ils se renforcer l'un l'autre ? le cas Amaguiz.com


Ses dernières années, le courrier électronique a connu une croissance incroyable en raison de son coût-efficacité, de l'immédiateté des résultats et de son retour sur investissement élevé. Son côté intrusif a poussé la plupart des marques à le déguiser en newsletter beaucoup plus opt'in. Dans le même temps, les médias sociaux ont explosé avec Facebook, Twitter, les blogs,... qui sont devenus un mode de vie. Comment les médias sociaux et l'e-mailing peuvent-ils se renforcer l'un l'autre ?
Appuyons-nous sur un cas concret et analysons la newsletter d'Amaguiz.com, un des leaders de l'assurance lowcost en France. Le contenu de la newsletter d'Amaguiz.com est essentiellement tournée sur son actualité : nouveauté produit, obtention d'un label, son spot TV,... pas un seul article n'échappe à cette règle. Normale ! me diriez-vous. Et bien non, la norme qui prévaut est au contraire celle-ci : vos clients/prospects doivent-être votre sujet, la pertinence votre ligne éditoriale. Ainsi, cette newsletter semble avoir peu de chance d'être réellement lu malgré son look attrayant. A cela, on peut ajouter qu'un contenu éditorial bien pensé s'adapte très facilement sur tout les relais de communication que sont les médias sociaux. Les médias sociaux permettent d’interagir avec des personnes, le but primordial n’étant pas de faire passer un message mais d’instaurer le dialogue et l’écoute. Ils sont un moyen de créer un engagement à long terme et d’établir une relation de confiance. Rien d’étonnant que la page d'Amaguiz sur twitter reste désespérément sans contenu et que le site Amaguiz sur Facebook soit tenu par les fans de ses spots TV car créer des contenus spécifiques pour chacun est un travail beaucoup trop chronophage. Chez Nouvelles Rives, nous proposons de vous aider à mettre en place votre charte éditoriale, vos équipes de rédaction et le process pour automatiser l'ensemble de la diffusion.
En conclusion, les médias sociaux et l'e-mailing peuvent se renforcer l'un l'autre grâce à un rédactionnel tourné vers les attentes des internautes. Il ne vaut mieux pas se tromper de ligne éditoriale... car, c'est sur l'ensemble des supports que l'on rate son rendez-vous avec ses futurs clients, à moins d'en avoir les moyens, suivez mon regard :-)

Banques, venez-vous défendre !


Avec tous les écrits et les réflexions très savantes que nous lisons sur les médias sociaux, ce cas concret est un rafraîchissement.
En effet, nous venons de trouver sur un blog à qui nous rendons visite de temps en temps, une discussion qui devrait intéresser les professionnels. Le thème : Comment choisit-on sa banque ? Le cas ING Direct. Édifiant petit résumé de l'état de l'opinion au sujet des banques, il y a du négatif et aussi du positif (si ! si !). Après l'article, surtout n’oublier pas la série de commentaires, ils valent la lecture.
Mais, on accepte de vous donner l'adresse de cette discusion qu'à une seule condition : celle que vous participiez à votre tour aux commentaires de ce blog pour que le professionnel que vous êtes, puisse expliquer comment en réalité, l'on devrait choisir sa banque : On compte sur vous pour tenir parole ! Il y a également la même discusion sur le forum de Yahoo, cliquez . Dans un autre genre, des sites conçus comme de vrais outils pour faire son choix existent, c'est le cas de l'excellent banketto.fr.
BenchmarkGroup a sorti une étude sur : Ce que pensent les clients de leur banque. La population étudiée se compose de 4 304 personnes représentatives de la population française. Avec 1990 euros HT en moins, vous pourrez lire les résultats de cette étude qui constituent un outil statistique pour aider les grands réseaux bancaires à se situer par rapport à la concurrence et mieux cerner le degré de satisfaction et le comportement de leurs clients. Acheter l'étude.

EcoBank.fr, un site indépendant de conseils aux internautes


EcoBank.fr est un site éponyme du réseau bancaire africain. EcoBank.fr propose aux internautes de poser leurs questions sur le Rachat de crédit, le crédit à la consommation ou immobilier, sur ses assurances, sa mutuelle ou son assurances-vie, bref, sur l'ensemble des activités qui suscitent le plus de campagnes de pub et de concurrences sur le net.
Les réponses gratuites sont très simples et courtes : en 3 lignes parfois 5, elles se terminent à peu prêt de la même manière « c'est à force de faire des demandes et comparer que vous obtiendrez le bon tarif. » et juste au-dessus on trouve les annonces Google. Pour les start-ups, ce site répond à la question : comment rentabiliser un maximum ses annonces AdSense ? Ce billard à trois bandes : (questions, réponses, annonces) prouve que le dialogue est un fondamental du net, avec pour preuve plus de 10000 visiteurs uniques par jour pour ce site qui ressemble à une « foire-fouille » aux questions/réponses mais qui a le mérite de répondre à un vrai besoin de conseil on-line indépendant. Le charme tient peut-être aussi à son fondateur qui revendique un ton éditorial très libre, une indépendance sans faille et qui n'a pas non plus, sa langue dans sa poche... lire sa présentation

3 juin 2009

Veille produit : le nouveau Guide des Produits d’Assurance 2009 vient de paraître


Publié par Publi-News, ce guide présente 170 produits et services d’assurance lancés par les compagnies d’assurance et les courtiers, entre novembre 2007 et octobre 2008, sur le marché des particuliers, des professionnels et des entreprises : assurance-vie, épargne, santé, prévoyance, assurance auto/moto, assurance habitation. Etrangement, il est vendu 770 euros HT en format papier et 1030 euros HT en format pdf... pas très écolo ! Pour ceux qui connaissent cet ouvrage, n'hésitez pas à poster votre sentiment sur ses qualités ou ses défauts. Vous trouverez avec ce lien, plus d'infos et le bon de commande.