Pages

26 déc. 2011

Médias sociaux = service client ?

Voici une infographie qui ne manque pas d'intérêt. Qu'elles soient BtoC ou BtoB, les marques trouveront difficilement grâce aux yeux de leurs consommateurs si elles négligent leur accessibilité. Assez naturellement, les pages des entreprises sur les médias sociaux sont de plus en plus souvent utilisées par les internautes comme un guichet du "service client".

18 déc. 2011

Les CRM sont-ils incontournables dans l'évolutions des relations entreprise / clients ?

Les CRM permettent de répondre aux nouveaux paradigmes de la relation client et de le centraliser dans l’entreprise. Ainsi compris, le rôle du CRM devrait se renforcer et ses multiples applications devenir un atout majeur pour les marques qui seront l'adopter plus largement, explications :

L’économie et le marketing ont évolué, les CRM également.
Le marketing est passé d’un marketing de masse vers le one-to-one et d’un marketing statique vers une relation en temps réel. D’un autre côté, les PME, les PMI et les grands groupes travaillent maintenant avec les mêmes outils et notamment avec les même outils CRM. Si les coûts d’acquisition ont chuté avec le "cloud computing", ils offrent désormais un champ d’action plus large avec des applications dédiées à la vente, à l’après-vente, à l’e-marketing et aux community management.

9 déc. 2011

Les enjeux des réseaux sociaux pour 2012

Point de vue - Fabien Salé, artiste plasticien
"Encore une fois, les réseaux sociaux ne sont pas une récréation exotique et bon enfant. Les enjeux sont graves et sans pitié. Des usines fermeront et des marques disparaîtront parce que cela n’aura été ni compris, ni pris en compte." Pierre Bellanger, fondateur et actuel PDG de la radio Skyrock.
Le Social médias n'est pas un canal, et le mobile va au-delà du Smartphone. En 2012, les commerçants devront comprendre cela et réaliser que leur client est désormais "toujours connecté". Les clients de l'année 2012 seront sensibles aux interactions à valeurs ajoutées sur les écrans qu'ils utilisent, n'importe quand, n'importe où.

1 déc. 2011

Un compte Twitter, un outil pour quelle type de relation client ?

Le compte Twitter de BNP Paribas
La perte de confiance dans les marques, et notamment dans celles du secteur bancaire, pousse les grandes enseignes à descendre de leur piédestal et à entamer une logique d'écoute et de dialogue. Toutes les entreprises sont concernées et l'utilisation de Twitter commence à s'imposer comme un outil de communication "ouvert" avec ses clients. La plate-forme de micro-blogging est une fenêtre qui permet de dialoguer avec ceux qui le veulent (soit 2654 abonnés pour le compte de la BNP).

25 nov. 2011

La mutation de la distribution des produits d'assurance n'a pas eu lieu !

Radioactiv de Fabien Salé - Artiste
Au dernier salon Décid’assur, Stanislas Di Vittorio d'Assurland affirmait déjà que la distribution des produits d'assurance ne subirait pas le changement brutal attendu avec Internet. L'étude du cabinet Xerfi publiée en novembre, lui donne raison.
Contrairement au marché anglais, en France, la vente en ligne de produits d'assurance subit une évolution très lente, les français restant fidèles aux agences du coin de la rue. Sur Internet, le nombre des souscriptions est marginale alors que le nombre d'offres ne cesse de croître. Malgrés une augmentation des demandes de devis online, les ventes se finalisent majoritairement en agence.
Une autre constatation, aucun modèle n'a émergé du lot en terme de résultats. Plusieurs stratégies sont en concurrences : une offre réseau couplé d'une offre distincte en ligne comme celle d'Allianz, une offre multicanal unique comme celle de la MMA ou de la Maif ou un troisième modèle qui regroupe sur un même site l'offre traditionnelle et l'assurance en ligne comme AXA.

17 nov. 2011

Le marché de l'assurance Protection Juridique et l'offre très offensive d'AXA

pub Comme le montre la bannière à droite, AXA propose une offre online d'assurance Protection Juridique "low cost". Sur le web, les offres de protection juridique les plus présentes viennent de la Macif (dont une mauvaise appréciation sur ce produit trône en 1ère page de Google), de la GMF qui propose une assurance protection juridique pour 66 euros/an et de la Matmut. AXA compte bien faire partie du trio de tête et propose un produit à prix unique de 4,50 euros/mois, avec une souscription en ligne qui couvre toute la famille dans les domaines privés et salariés. Le lancement de cette offre sera soutenu par une campagne en affiliation - campagne d'e-mailing et campagne bannière (ci-dessus) - qui lui assurera une présence sur les sites et blogs qui adhéreront à la campagne.

4 nov. 2011

Évènementiel : quand des dinosaures s'invitent dans un centre commercial

National Geographic – Live Augmented Reality
La pertinence de l'évènementiel n'est plus à prouver ; toutefois, comme il porte sur l'instant, il a en lui une part d'imprévisible. C'est dans cette magie de l'instant que réside sa force irremplaçable en terme d'attention captée, d'étonnement, de buzz ; ce qui le fera finalement s'inscrire dans les mémoires bien plus durablement que n'importe quelle autre forme de communication. Voici un exemple très sympa qui s'appuie sur la réalité augmentée, technique qui permet d'incruster, dans un espace réel, des objets ou une séquence d'images. Ainsi, pour communiquer sur la diffusion de son émission TV en Hongrie, le National Geographic a laissé le public plonger dans quelques-unes des scènes les plus étonnantes de ses vastes archives. À découvrir.

28 oct. 2011

Et si, le "social media" était une vraie occasion de dynamiser votre offre sur le marché !

"Messie mais non" de Fabien Salé - Artiste plasticien
Vous l'aurez remarqué comme moi : les réseaux sociaux sont le sujet n°1 sur la toile. Avec toute cette information, les chefs d'entreprise ou les directeurs marketing ne peuvent plus ignorer l'impact des réseaux sociaux sur la décision du consommateur à acheter ou non leurs produits ou services, que cela soit en ligne ou en magasin. Pour peu que l'on y réfléchisse, on s'aperçoit rapidement que les réseaux sociaux, avec l'omniprésence prise par le numérique, obligent les dirigeants, non pas à concevoir une stratégie "social media", mais à redéfinir leurs stratégies d’entreprise.
Parler d’une stratégie "social media" est un contresens. Les médias sociaux ne sont pas uniquement du ressort de la communication car il y a d'autres enjeux. Seule une stratégie d’entreprise, et non pas seulement marketing, peut donner au "social media" les succès qu'on lui attribue. Les schémas classiques ne fonctionnent pas. Une preuve parmi d'autres : la course aux "fans", sur Facebook, s’est rapidement heurtée à la différence de culture entre les médias de masse (avec sa course au plus grand nombre de contacts possibles) et la nature "affinitaire" des médias sociaux. Il vaut mieux parler de manière ciblée à 10 personnes - qui seront plus à même de relayer votre message - qu'à 1000 personnes qui n'ont pas d'intérêt dans votre marque. Aujourd’hui, bon nombre de fans se désabonnent car, plus de la moitié (57 %) des personnes (enquête IBM) affirment que la principale raison pour laquelle ils “suivent une marque” sur un réseau social est la perspective de recevoir des échantillons de produits ou de bénéficier de réductions.   
Certes, il y a de nombreuses initiatives bien ficelées comme celle de la SNCF avec son application de "social commerce" sur Facebook. Elle permet de faciliter l'organisation d'un voyage à plusieurs (voir la vidéo de promotion.). Ce type de réalisation joue un rôle de plus en plus important dans le budget "com" mais, cela ne remplace pas les changements qui doivent impliquer l’organisation et le management de l’entreprise. Pourquoi ? Parce que les médias sociaux sont avant tout des relations humaines. Ainsi, l’automate que l’on a au bout du fil, le standardiste qui n’a pas de pouvoir de décision, ou le chargé de clientèle qui ne parle que de ses produits, sont des déclencheurs de frustrations et le point de départ de messages négatifs véhiculés par les média sociaux. Avec son smartphone, le client a aujourd'hui un accès à l'information et aux offres concurrentes immédiat. Il faut pouvoir lui apporter des réponses rapides et pertinentes. Pour s'y adapter, l'entreprise doit repenser toutes ses dimensions opérationnelles. Concentrer les médias sociaux dans les mains d’un seul homme, le Community Manager, n’est pas la meilleure organisation à suivre.
Le client doit se situer au centre des schémas de l'entreprise et la marque doit d'être moins autocentrée sur ses produits. Mettre en œuvre une culture centrée sur le client n’est pas simple. L’entreprise se doit de mieux comprendre les attentes en répondant aux besoins souvent assez basiques auxquels nous nous heurtons dans nos vies. Comme l'écrit Dominique Turpin, président de l’IMD (International Institute for Management Development de Lausanne), dans son excellent article intitulé les cinq défis du marketing 2.0 : "La plupart des clients ne savent pas ce dont ils ont besoin. Personne n’a jamais écrit un e-mail à Steve Jobs pour lui annoncer qu’il lui fallait un iPad ou un iPhone. De même, très peu de CEO se posent la question de ce qui donne des maux de tête à leurs clients. Pourtant, c’est un bon point de départ. Si vous pouvez fournir un produit ou un service qui guérit les maux de tête de votre client, alors vous pouvez être sûr d’avoir emprunté la bonne voie." Ceux qui comprendront et pourront mettre en œuvre cette mutation prendront un avantage important sur leurs concurrents. Notre agence accompagne déjà certains de ses clients dans ce passionnant défi.

Kelplacement.com, un comparateur de produits financiers qui suit la tendance

La Home de Kelplacement.com
Très efficace, l'arrivée en septembre sur la toile du site Kelplacement.com permet de comparer des offres des produits financiers dit "structurés". Cependant, revers de la médaille, le site ne présente pas, à mon sens, assez de visibilité quant à ses critères d'analyse. Est-ce là le prix d'une accessibilité plus facile à l'information ?
Qu’est-ce qu’un produit structuré ?
Venant s’ajouter aux produits financiers standards comme les actions, les obligations ou les placements monétaires, un produit structuré est une association de plusieurs produits financiers qui offrent une fois réunis, un profil de rentabilité/risque amélioré.
La crise financière a rendu le particulier très frileux face au risque. La rentabilité - qui était jadis le critère de choix principal - est aujourd’hui détrônée par la recherche de produits financiers simples et peu risqués. De plus, le nombre des produits financiers disponibles sur le marché est énorme comparé à la capacité d’un particulier lambda à s’y retrouver. Même si la législation améliore les choses, la compréhension des produits financiers et surtout structurés reste difficile, l’information pas toujours accessible et les risques difficiles à évaluer correctement.
Dans ce contexte et sans trop de bruit, Fabien Waechter a mis sur la toile un site comparateur de produits financiers. F. Waechter avait déjà lancé, avec succès, une plateforme d’information à travers Lexbase, une société d’édition juridique online principalement axée sur le droit des affaires.
Avec kelplacement.com, cet entrepreneur signe une belle réalisation. Le site met en ligne un moteur comparatif de produits financiers. Son comparateur s’appuie sur un algorithme qui analyse les produits émis par l'ensemble des banques d'investissement opérant sur le territoire français. Aucune indication n'est donnée sur les critères utilisés pour la comparaison, mais dès le premier clic, l’internaute reçoit deux informations principales sous forme de note allant de 1 à 5 : la performance et la protection. Le deuxième clic permet d’accéder à la fiche du produit ; encore une fois, la simplicité est à l’honneur : un résumé de 15 lignes dresse un rapide portrait du produit. En dépit d'un effort pédagogique évident, le vocabulaire utilisé demande un peu de connaissance. Il est dommage que le nom du spécialiste qui a écrit ce texte ne soit pas cité. Si l'internaute veut en savoir plus, deux solutions lui sont proposées : une demande de rappel téléphonique ou une demande d’information qui permet de recevoir une information complète par e-mail. Là encore, l’internaute est relativement préservé : seul le nom et l’e-mail sont à renseigner.
Malgré un manque d'explication sur les critères d'attribution des notes et sur les spécialistes qui opèrent aux analyses, kelplacement.com devrait trouver son public car il est un outil très pratique pour les néophytes. Voir le site.

12 oct. 2011

À quoi bon un site corporate ?

Nouveau site corporate de la Mutuelle Bleue
Par définition, un site corporate parle de la marque. La marque... pour dire quoi ? La récente transformation du site corporate de la Mutuelle Bleue en site produit souligne encore une fois, l'abandon du rôle de la marque dans la relation client au profit d'un centrage exclusivement produit.
Certes, la marque est un sujet encombrant pour les directions marketing car, elle est généralement l'expression des directions générales. Ces dernières exercent plutôt leur pression sur les résultats du R.O.I.
De plus, dans le secteur des assurances et de la banque, bien souvent la réputation et la confiance semblait suffire et la fidélité faisait le reste. Mais, poussée par les medias sociaux et l'omniprésence du numérique, il est fort à parier que, dans un futur proche, la marque prendra un tout autre rôle stratégique dans l'e-marketing.
Transformer son site corporate en canal de distribution n'est pas toujours un exercice facile. Rejoignant beaucoup d'autres, la Mutuelle Bleue a donc transformé son site corporate en nouveau canal de distribution, avec l'adoption d'un ton résolument commercial. Le nouveau design est agréable, la navigation pratique mais, la promesse "devis immédiat" n'aboutit pas à un vrai devis en ligne et se cantonne à un rapide formulaire dont les datas sont visiblement envoyés à un commercial. Dans ce cas, il vaut mieux avertir l'internaute qu'il n'obtiendra pas de devis, sinon, on prend le risque de le froisser. J'ai donc reçu l'appel d'un commercial à la suite d'une demande pour une assurance habitation. Après un tas de questions pour établir son devis, seul un prix attractif pouvait faire la différence avec ses concurrents alors que j'avais besoin d'aide pour gérer la protection de mes objets de valeur avec, par exemple, les services d'experts pour les évaluer et/ou les photographier. Même payantes, la marque se doit de réussir à proposer des aides périphériques à son produit, de petites choses simples qui tissent des relations durables avec son client, tandis qu'un centrage exclusivement produit appauvrit l'offre et la rend fragile dans le temps. C'est précisément là qu'un site corporate doit prendre tout son rôle. Voir le site.

9 oct. 2011

Crédit agricole assurances - AG2R La Mondiale, une concurrence salutaire

Aidons les nôtres d'AG2R La Mondiale
Chacun de son côté, le Crédit agricole assurances et le groupe de protection sociale AG2R La Mondiale, viennent d'investir le terrain de la dépendance avec deux choix d'action très différents.
Crédit agricole assurances a fait le choix de la TV. Du lundi au vendredi, le Crédit Agricole assurances diffuse sur la chaîne France 3 "La Minute des aidants". Ce programme court apporte des solutions pratiques à ceux qui s'occupent de personnes dépendantes.
AG2R La Mondiale a choisi une stratégie Internet à travers un site communautaire "Aidons les nôtres" lancé à l'occasion de la Journée nationale des aidants du 6 octobre. Le groupe de protection sociale y propose une partie communautaire qui permets aux personnes d'échanger des conseils et des astuces, et de l'autre, une partie magazine qui donne la parole aux médecins, aux spécialistes du Grand Âge, à des juristes ou à des coachs.
C'est parce que la raison d'être d'une entreprise consiste à la réalisation de profits, que la consommation responsable est vertueuse. Ce qui pousse l’engagement social des entreprises est l'influence que leurs réputations peuvent avoir sur les consommateurs. Au delà d'un problème d'image, les stratégies d'investissement dans ces domaines visent également d'autres objectifs : une lisibilité des valeurs de l'entreprise, une amélioration de son attractivité et de la fidélisation de ses employés et une augmentation son attractivité auprès des investisseurs. 
Alors si les motivations de Crédit Agricole et AG2R sont loin d'être désintéressées, les 4 millions de personnes en France qui aident les personnes dépendantes (familles ou bénévoles) penseront comme moi qu'il n'y a que le résultat qui compte. Découvrir le site d'AG2R La Mondiale.

29 sept. 2011

Symptomatique : le détournement de cette pub de la Société Générale

Petits commentaires sur ce spot de la Société Générale ou comment la signification des symboles peut être perçue de diverses manières...


POSTE TEST (3) - Société Générale 

27 août 2011

Quelle est la répartition idéale pour votre budget marketing et communication ?

L'une des questions récurrentes que se posent les responsables marketing et qu'ils nous posent en retour, est celle de la répartition de leur budget. Surtout si l'enveloppe dont ils disposent n'est pas très épaisse et surtout si leur direction leur demande des retours sur investissement rapides. Entre le site web, une campagne d'email ou investir dans les médias sociaux, il est difficile de déterminer lequel de ses choix permettra de maximiser un budget. Pour aider, il est important de surveiller ce que font les autres, non pas pour les copier mais, pour valider la dynamique de son budget notamment avec son POEM, nouvel outil qui commence à s'imposer chez les anglo-saxons.
Voici une étude qui a été réalisé il y a environ 6 mois par Sherpa, une société de consulting américaine (ci-dessous), et qui nous montre les allocations budgétaires en communication B2B de plus de 900 spécialistes du marketing.
Le site Internet remporte la 1ère place avec 13% des budgets. La conception d'un site web, sa gestion et ses optimisations représentent encore un pourcentage important des budgets marketing. Même si le coût d'un site a fortement diminué depuis 10 ans, une belle conception sur mesure nécessite des compétences spécialisées. Certains remettent en cause sa nécessité en le remplaçant par les réseaux sociaux (blog, page Facebook,...) ou avec la création de micro-sites adaptés à l'actualité commerciale.
En deuxième place, la participation aux salons avec 12% des budgets. En BtoB, ce budget est incontournable et essentiel aux forces commerciales et à la notoriété de l'entreprise. Un certain nombre de dépenses importantes sont requises lors de la participation à un salon : le voyage, la location de stand, le marketing pour générer du trafic sur le stand,...
En troisième place vient le marketing par courriel qui est communément considéré comme un canal de marketing rentable, cependant il implique des investissements importants : CRM, achat de fichiers de qualité, conception de scénarios... Il est fortement déconseiller d'utiliser cet outil ponctuellement car, les investissements nécessaires pour une campagne bien menée sont prohibitifs.
Ces répartitions sont une indication pour aider à analyser son budget et à évaluer sa stratégie. L'important est de créer une dynamique d'ensemble afin d'obtenir un plan de communication où toutes les dimensions sont respectés et se renforcent mutuellement. Le récent concept de POEM (Paid, Owned and Earned Medias) est utile pour mettre à plat son plan d'action et le visualiser dans toutes ses dimensions. Il permet assez simplement, de catégoriser par type de message et par type de support sa communication, explication :
1) Paid ou le média payant correspond à une communication qui nécessite un achat : annonces presse, bannières, affiches, liens commerciaux, spots TV, participations à des salons... Les avantages sont connus : un grand contrôle (date, contenu, diffusion...), rapide, il offre une puissance en terme d'exposition.
2) Owned ou l'ensemble de la communication réalisée et diffusée par l'entreprise elle-même : newsletter, magazine clients, page Facebook, blog, relation de presse, ... S'il offre l'avantage d'avoir un coût bien moindre que le "Paid", en revanche, il est exigeant en terme d'engagement et de transparence. Quand il n'est pas externalisé, il monopolise du temps en interne. Il s'inscrit dans une stratégie de long terme pour un ROI.
3) Earned Medias ou la visibilité spontanée que l'on ne peut pas réduire au buzz : un like sur Facebook, un tweet, un message sur un forum, une interview, un référencement naturel... Le Earned Medias offre de la crédibilité à sa communication en revanche, il est incertain, imprévisible et peut s'avérer négatif.
Bref, vous le savez déjà, aucune solution toute faite ne pourra vous tomber du ciel car, un plan de communication s'adapte aux tempéraments et à la sensibilité aux risques de son investisseur et surtout s'adapte à une stratégie d'entreprise qui doit permettre des choix affranchis du court-termisme.

24 août 2011

Pourquoi communiquer lors d’une crise boursière ? AXA offre au secteur de l'assurance et de la finance, une leçon à travers sa gestion de la crise du mois d'août.

AXA, une communication durant la crise boursière
Généralement lors d’une crise boursière, une attitude passive est de rigueur dans le secteur assurances - finance. Cette stratégie est pense t-on le plus sûr moyen d’éviter toute erreur mais, la bonne attitude est au contraire celle de communiquer et ceci pour de nombreuses raisons.
D’abord, vos clients deviennent dans ces périodes, plus réceptifs et plus sensibles à la communication. C’est aussi, l'opportunité d’être plus visible puisque d’autres ne le sont pas. Cela constitue également, une preuve de la bonne gestion de la crise par l’entreprise. Mais surtout, cela permet de respecter une règle d’or, celle de s’occuper de ses clients. Pour les fidéliser bien sûr, mais surtout pour améliorer son « bouche à oreille », parce que personne ne vendra mieux vos produits ou services que le client satisfait.
Dans cet exercice, AXA a été le seul* acteur du marché à avoir communiqué par couriel et par SMS auprès de ses 1,3 million de clients durant la crise boursière du mois d’août. Le seul*, a avoir fait un point sur la crise de la dette et a avoir rassuré ses clients sur la solidité de son groupe (*lire la rectification de Generali France). L'assureur a su visiblement éviter les critiques qu’il avait reçues lors de la crise des subprimes où ses clients avaient durement critiqué l’absence de communication.
Son directeur de l’activité épargne et banque, Marc Raisière a également communiqué auprès de ses 3 590 agents généraux, 4070 salariés commerciaux et 820 agents Axa prévoyance et patrimoine. Bravo à lui, pour avoir su mettre en place les process permettant de réaliser une communication simple et efficace dans une période d’incertitude importante. Les crises ne sont pas finies et il n’est pas de meilleur conseil pour une entreprise que celui de mettre en place les moyens de communiquer au coeur d'une tourmente, surtout si ces crises sont de nature à ternir durablement l’image de son service et de son produit.
AXA a enregistré que des retours positifs de son action et c’est justice. Lire la Lettre Clients Marc Raisiere du 10 août 2011

22 août 2011

Le site de Simplyhealth, un bon exemple d'efficacité graphique

La Home page de Simplyhealth
Dans le domaine de l'assurance en ligne, il est courant d'entendre dire que nous avons encore à apprendre de nos voisins Britaniques. Groupama Insurances, filiale anglaise de Groupama S.A. a cédé début août, sa branche Santé à Simplyhealth, groupe mutualiste britannique qui fête cette année ses 139 ans. Notre propos n’est pas de vous donner un éclairage sur le marché anglais de l’assurance santé, même si d’après M. Collin, directeur de Groupama Insurances, il est difficile d’être durablement rentable en assurance santé lorsqu'il faut faire face à deux opérateurs qui détiennent 60% du marché. Nous vous invitons plutôt à regarder le site internet de Simplyhealth et de voir comment cet acteur, à travers le design de son site, crée les conditions favorables à la communication online.
L'ambiance du site : la première impression est essentielle pour l'internaute. Mission réussie grâce aux choix graphiques judicieusement colorés et gais, très loin des choix corporates des sites de la MAAF ou de celui d'Allianz par exemple. La différence notable est la place réservée à l'achat en ligne qui prédomine dans le site britanique et c'est autour de cela que chaque détail a été travaillé.
La typographie : la home page est un peu dense mais, l'ensemble reste très lisible grâce au fond blanc et à une bonne hiérarchie de lecture qui permettent un tri instantané entre les accroches.
La navigation et la grille sont très basiques, ce qui offre l'avantage d'être très clair. Partout dans le site, un sommaire sur la gauche aide l'internaute à savoir où il est et où il peut aller. Même si visuellement, cela pollue la lecture, le choix volontairement exagéré du corps de caractère dans le menu, apporte aux pages un sympathique aspect enfantin.
En totale cohérence avec le logo : les couleurs, les illustrations, les choix typographiques et le discours confectionnent ensemble, un univers rassurant et simple où la navigation est confortable. La surprenante baseline confirme cette impression, littéralement elle peut être traduite par "Nous pouvons être dérangés",  la promesse que fait Simplyhealth, est de prendre en charge nos problèmes comme le ferait tout bon parent, un positionnement beaucoup plus marqué dans l'engagement que ceux de nos marques d'assurances exagonales. Voir le site 

24 juin 2011

Campagne de notoriété, le choix de Kelassur

Choix spécifique pour une campagne de notoriété, le sponsoring d'émission TV est une logique de campagne publicitaire qui ne recherche pas directement de retombées commerciales. Ainsi, le plus souvent, les comparateurs choisissent plutôt d'orienter leurs budgets sur les campagnes "mots clés". En effet, en occupant les premières places parmi les liens commerciaux sur les moteurs de recherche, la marque apparaît comme un leader tout en se concentrant sur les retombées commerciales. Mais lorsque l'on a fait, comme Nicolas DULMAN, directeur général de KELASSUR,  un travail efficace de référencement naturel sur ses sites, Kelassur.com (comparateur d'assurances online) et Devismutuelle.com (site spécialisé en produits d'assurance santé), on peut se permettre d'orienter les budgets du référencement payant vers d'autres médias. Ainsi, ces deux marques parraineront deux émissions quotidiennes de France 5 consacrées à la santé: « Le Magazine de la santé » et « Allô docteurs ». Cette campagne devrait ainsi toucher respectivement 670 000 et 520 000 téléspectateurs. La notoriété issue du petit écran génère de la confiance. Le pari fait ici consiste en ce que, parmi la profusion de comparateurs et d'offres, la notoriété permette de capter favorablement une part du trafic avec moins de clics mais plus de business.

7 juin 2011

Cortal Consors, une nouvelle communication autour de son positionnement de banque innovante

Campagne d'affichage vitrine
Présente en Allemagne, en Espagne et en France, la filiale de BNP Paribas, Cortal Consors est spécialisée dans l'épargne et le courtage en ligne pour les particuliers. Avec 4000 collaborateurs dans le monde dont 700 en France, Cortal Consors cherche légitimement à développer sa notoriété et l'image de sa marque. Désormais, un bloc marque réunit le logo, les accroches et la nouvelle baseline "Cortal Consors, la plus belle invention pour votre argent". Cette nouvelle charte graphique structure bien la lecture. Cortal Consors lance également une campagne de pub avec 3 films et une campagne print. Avec une note d'humour, les 3 spots mettent bien en avant l'esprit pionnier de la banque et sont assez réussis. Dommage que les annonces presse ne soient que de simples reprises des films avec des portraits pour visuels, ce qui manque cruellement d'originalité et de cohérence avec le positionnement. Car, toute cette nouvelle communication met en lumière l'esprit d’innovation de Cortal Consors. Pour l'entreprise, ce positionnement est d'autant plus efficace qu'il se base sur son histoire : en 1987, elle crée le premier compte chèque rémunéré en France ; en 1994, elle reçoit le prix de l'Innovation Financière pour son service en architecture ouverte permettant d'accéder à l'ensemble des Sicav du marché ; en 1998, elle met en place la consultation des comptes bancaires sur Internet et le passage d'ordres de Bourse en direct sur les marchés avec le premier système en Europe d'alertes personnalisées sur l'évolution des cours. En 2010, elle continue avec la première application iPhone permettant le passage d'ordres de Bourse en streaming depuis un téléphone mobile.






6 mai 2011

L'avenir des comparateurs en ligne sur le marché français de l'assurance

Lors d'une conférence animée par Christian Parmentier au dernier salon Décid’assur, Martin Coriat du comparateur Le Lynx, Ralph Ruimy de Mister Assur, Marie Content de cmonassurance.com et Stanislas Di Vittorio d'Assurland ont débattu sur l’avenir de la distribution du marché des assurances en France. S’alignera-t-il sur le modèle anglais où les comparateurs sur internet se sont imposés ? Pour résumer le débat : au Royaume-Uni, les nombreux comparateurs d’assurances ont profondément modifié la distribution des produits en captant une très belle part du marché britannique. En France, les comparateurs d’assurances ont encore un rôle très modeste. Ainsi, à l’avenir, les comparateurs d’assurances devraient continuer leur progression avec, comme levier principal, la venue des grandes compagnies d’assurances. Elles sont encore faiblement représentées dans les comparateurs, ce qui freine le développement de ces derniers, compte tenu de l’attachement que les Français portent aux "rassurantes grandes marques". Mais les habitudes d'achat et un marché encore bien protégé par la tacite reconduction (qui n’existe pas sur le marché anglais où la re-souscription est remise en question tous les ans) devraient protéger le marché français d'un changement trop brutal.
Ainsi reste-t-il encore de belles places à prendre sur le net pour les comparateurs. C'est en tout cas ce que pensent Gael Duval et Renaud Beaupère, les deux dirigeants de la S.A. Jechange. Pour faire connaître leur comparateur jechange.fr, ils ont choisi de mettre dans leur communication une petite dose de provocation à l'égard du "romantisme à la française". L’idée de ce film est de montrer que la comparaison est préférable aux sentiments pour bien choisir... Voir le site.


AGEFI communique à l'occasion de ses 100 ans

Pour un organisme (ou une société), l'année de son centenaire est une occasion rêvée pour communiquer. L'AGEFI n'a pas manqué cette occasion avec une campagne d'affichage et d'annonce presse assez pertinente basée sur l'idée que les mêmes lois régissent la nature et le business. 100 ans ? Au début de l'année 1911, des journalistes lancèrent L'Agence économique et financière. Dès le départ, elle était destinée aux professionnels de la finance et des affaires ayant besoin d'une information précise, rapide et fiable : immuable besoin. Aujourd'hui, l'Agefi est une filiale à 100% d'Artémis, la holding du groupe de François Pinault. Ce concept publicitaire se décline également avec 3 films simples, efficaces, et dont la production n'a pas coûté une fortune puisqu'il s'agit de films issus de banques d'image... Gestion et économie, deux valeurs de notre amie la fourmi et qui devraient assurer à ce titre encore des belles années d'existence.

21 avr. 2011

Le 1er site d'Harmonie Mutuelles ou la stratégie de regroupement de cinq mutuelles santé

Sous la houlette de son président Guy Herry, le premier site d’Harmonie Mutuelles vient de voir le jour. Ce regroupement de cinq mutuelles santé (Prévadiès, Harmonie Mutualité, Mutuelle Existence, la MNAM et la SMAR) porte un projet de fusion de ces mutuelles interprofessionnelles à l’horizon 2012. Une fusion pour répondre plus efficacement aux mutations du marché des complémentaires santé et aux incertitudes qui l’entourent (le marché en 3 phrases). Le site d'Harmonie Mutuelles expose, de manière très consensuelle, l'ensemble des compétences de ces mutuelles sur leur première vitrine commune, en présentant les orientations stratégiques de l'Union, son ambition, ses métiers et ses offres. Voir le site.

20 avr. 2011

Binck.fr a pris deux options pour communiquer plus efficacement

e-mailing avril 2011
Toujours aussi musclée, la communication de cet acteur de la bourse en ligne conserve bien son territoire de communication très masculin, comme l'atteste son nouveau spot publicitaire ci-dessous. Depuis 2010, Binck.fr a opté pour deux changements importants. Premièrement, Binck.fr s'appelait encore BinckBank en 2009. Ce changement de nom lui a permis de clarifier son offre, le terme Bank restant associé aux services bancaires traditionnels. Deuxièmement, Binck.fr, loin d'une démarche "do like", a su installer sa notoriété grâce a un principe publicitaire connu par tous mais souvent mis de côté dans le secteur de l'assurance et la finance : être différent ! Être différent est un risque mais reste un moyen très efficace et rapide d'être connu. Ici, Binck.fr a pris le parti de jouer avec le double sens du mot action - "Plus d'action en bourse" - en réalisant justement dans ses spots de pub des scènes d'action. Ses concurrents (Boursorama, Fortuneo, ABC Bourse,...) n'ont pas fait le choix du média TV préférant l'e-pub. Le budget de Binck.fr lui a permis de faire également, en avril, une campagne d'e-pub avec notamment une campagne d'e-mailing au graphisme sobre. Je vous invite à découvrir la page dédiée de la campagne. Celle-ci présente efficacement l'ensemble de l'argumentaire commercial de Binck.fr qui s'avère être visiblement un acteur déterminé à se faire une belle place sur le marché de la bourse en ligne.

12 avr. 2011

La Société Générale avec L'AgenceDirecte, fait un choix stratégique qui pourrait choquer un consommateur averti

L'AgenceDirecte, le concept "web service"
de la Société Générale
Rien de révolutionnaire, mais un passage obligé à cause de la concurrence d'acteurs tels que Boursorama, LCL, Monabanq : la Société Générale propose enfin du web services pour communiquer avec son conseiller  !  De la même manière que le fit la Caisse d'Epargne il y a plus d'1 an (lire l'article), c'est à travers un  concept  dépassé que la Société générale a "packagé" son service en ligne nommé "l’Agence Directe". Avec cette agence bancaire online, chaque client peut bénéficier, aux mêmes tarifs, des mêmes services proposés dans les agences physiques, c'est à dire d'un conseiller personnel. Le plus ? Il ne pourra le joindre que par téléphone ou à travers une visioconférence, ou encore via webmail.
Deux principes choqueront le consommateur averti : 
1/ les acteurs comme Boursorama, LCL, Monabanq... présentent tous des tarifs attractifs grâce à l'économie de frais de structure qu'apporte Internet. Ici, l'argument est inversé : "pour le même tarif"...
2/ Les clients actuels de la banque ne bénéficieront pas de ce service et ne bénéficieront pas non plus de l'offre de bienvenue réservée aux nouveaux clients (50% de réduction sur la carte bancaire et sur les services JAZZ).
La fidèlité ne paie pas.
Pourquoi ne pas rassembler les avantages d'un réseau de proximité et la souplesse des services web ? Si on se demandait pourquoi la Société Générale a préféré séparer les deux formules - l'agence traditionnelle et celle 100% en ligne, la réponse se situe au niveau de la rentabilité. La Société Générale n'estime pas que ce service soit une évolution qu'il doit à ses clients mais plutôt un moyen d'en séduire de nouveaux, et au passage, une façon d'améliorer sa rentabilité en n'adaptant pas ses tarifs. Une stratégie qui aurait pu se tenir si la Société Générale avaient été la première à proposer une banque en ligne mais elle le fait, après bien des concurrents. En France, dans le secteur bancaire, les clients restent captifs et ne changent pas de banque facilement, surtout ceux restés fidèles malgré toutes les vicissitudes que la Société Générale à traversée récemment. L'esprit d'équipe. Aujourd'hui encore, pour avoir une tarification claire, il faut qu'un Ministre de l'économie l'impose par la loi. Le comportement du consommateur Français porte une responsabilité importante à cet état de fait.
La campagne de communication autour de "l’AgenceDirecte" se composera dans un premier temps d’une campagne de bannières, d’une campagne d’affichage interne, d’animations In Store et d’une opération de teasing-reveal sur le site.


4 avr. 2011

Réflexions sur l'emailing, cet outil qui reste indispensable pour l'acquisition et la fidélisation

Campagne d'emailing BtoB D'HSBC du 02/2011
Campagne d'emailing BtoC Groupama du 04/2011
La problématique centrale du e-marketing est son aspect intrusif. Le courrier électronique est au cœur de cette problématique et cristallise les critiques. Malgré cela, le courriel reste le média roi pour l'acquisition, comme le montrent ces deux campagnes d'emailing de HSBC et Groupama. Le courriel reste, en outre, un outil indispensable pour la fidélisation et l'animation d'une communauté (de clients, de membres, d'utilisateurs, de prospects...). Pour continuer à maximiser la puissance de vos courriels, prenez le temps d'évaluer comment ils s'intègrent dans votre stratégie globale et quels sont les objectifs poursuivis. Ensuite, il y a quelques règles de bons sens à respecter : offrir une information stimulante, se servir de bases d'adresses collectées avec discernement, utiliser un code HTML simple, avoir vérifié le bon fonctionnement des liens hypertextes et du formulaire de désabonnement.
Contraint à évoluer constamment pour garder sa pertinence, l'email marketing est une discipline qui se doit de suivre les innovations techniques. Puisque, inévitablement, la routine conduit rapidement vers des performances toujours plus faibles, voici deux conseils qui peuvent vous éclairer sur les bonnes pratiques à suivre :
• Les médias sociaux et les smartphones apportent des opportunités pour capter de nouveaux abonnés opt-in à vos informations. Les flashcodes offrent des occasions pour proposer une inscription à un service d'information complémentaire. Depuis son mobile, l'internaute scanne le code d'une affiche, d'un courrier ou d'un flyer, et reçoit des compléments d'information sur des pages dédiées. Ainsi, il ne faut pas oublier d'imaginer un script qui lui donnera envie de s'inscrire. Autre exemple, assurez-vous que, sur votre page Facebook ou LinkedIn, vous avez bien un lien qui permet de s'inscrire à vos newsletters. Gardez à l'esprit que les personnes qui ont interagi avec votre entreprise sur un plan plus personnel à travers un réseau social s'attendent à un même niveau de personnalisation de l'information. Dans ce contexte, il est essentiel que vos contenus reflètent davantage l’esprit de votre entreprise que ne le ferait une simple argumentation commerciale. Ainsi, l'accent doit être mis sur une information transmise à travers des personnalités, des recommandations par des pairs ou des témoignages de sociétés partenaires.
• Pour réduire le nombre de désabonnements, assurez-vous d'avoir conçu une série automatisée de courriels visant à rassurer les nouveaux abonnés, qu'ils soient opt'in ou non. L'email d'accueil doit présenter le programme de vos contenus ainsi que leur fréquence d'envoi. En utilisant des enquêtes, des invitations pour créer ou mettre à jour ses préférences, vous récupérerez un certain nombre d'internautes qui pourront être sollicités avec des contenus plus personnalisés.
Si l'email marketing est l'outil de fidélisation le plus simple à mettre en œuvre à des coûts de plus en plus accessibles, il nécessite une personnalisation et une qualité de contenus de plus en plus élevées. Le courriel est un outil indispensable dans le mix marketing d'acquisition, de fidélisation ou d'information ; en parallèle, se faire accompagner par une agence ou par un consultant devient plus que jamais précieux.

21 mars 2011

La nouvelle signature de la Société Générale, une promesse à tenir vis-à-vis des clients

Affiche 2011 de la campagne Société Générale
Ce n'est pas souvent qu'une grande banque française change de signature et, logiquement, de communication. "Développons ensemble l’esprit d’équipe" remplace "On est là pour vous aider". La Société Générale a pris du retard par rapport à des concurrents qui ont su plus facilement et plus efficacement communiquer sur des valeurs relationnelles. Le changement est subtil entre les deux signatures, mais "développons ensemble" évoque un mouvement du côté de la banque mais aussi du côté des clients. Cette réciprocité est une condition essentielle à une relation ouverte. Ceci peut expliquer cet étrange choix graphique qui donne la signature à lire en deux temps (voir l'affiche ci-dessus).
Partenaire du rugby depuis 1987, la Société Générale a logiquement choisi un match de rugby (France - Pays de Galles) pour la 1ere diffusion du spot ci-dessous. Cette campagne suit le programme de transformation du groupe (Ambition SG 2015) dont l’objectif est de devenir la banque relationnelle de référence. Une banque de réseau ne vend pas à ses clients du crédit ou un taux, mais avant tout une relation de qualité. Le message est aussi riche de sens pour les collaborateurs que pour les clients. L’esprit d’équipe implique une participation commune et un engagement dans la durée. C'est une valeur universelle qui a vocation à fédérer l’ensemble des collaborateurs du groupe dans le monde. La campagne se déroulera en France et à l’international, à la fois en TV, affichage, presse, cinéma et web, de mars à juin 2011. Mais pour devenir la banque relationnelle, la Société Générale devra mettre ces promesses en action, au niveau de chaque point de contact avec le client et avec la mise en place de nouveaux services. Pour l'instant, à ce niveau-là, aucun changement n'est explicité... contrairement à ce que fait, depuis un certain temps, la concurrence.

18 mars 2011

Réunica renouvelle son partenariat avec "Des Racines et des Ailes" et St Exupéry

Réunica s'appuie sur le petit prince pour afficher
ses valeurs humanistes.
Réunica doit faire face à un marché de la complémentaire santé plutôt saturé (voir article). Avec 6 années passées comme parrain de l'émission "Des Racines et des Ailes", le groupe a mené une campagne de notoriété efficace. Selon une étude menée en novembre 2010 auprès de 535 clients (entreprises, actifs et retraités), 70% des personnes interrogées perçoivent bien les valeurs Réunica, comme un groupe humain, juste et solidaire. Fort de ce succès, le groupe de protection sociale a décidé de rééditer son partenariat avec l'émission de France 3. La notoriété installée, une campagne plus commerciale s’ajoutera avec de nouveaux spots TV. Réunica poursuit ainsi, la promotion de ses valeurs qu'il a choisi de faire incarner depuis 2005 par le Petit Prince de Saint-Exupéry, véritable emblème de la marque. Les bandes-annonces Réunica seront revisitées au second trimestre en termes de scénario : un clin d'oeil sera fait au nouveau dessin animé du Petit Prince désormais diffusé également sur France 3. Preuve qu'une magnifique création se décline sans fin et que l'on abandonne difficilement une recette qui fonctionne.

15 mars 2011

BforBank, une nouvelle campagne pour conforter son positionnement haut de gamme pour ceux qui n'aiment pas la banque traditionnelle

BforBank lance une belle campagne avec deux nouveaux films de 30 secondes, deux films noir et blanc de très belle facture. "Parce que mon banquier, c’est moi !", la signature résume bien le positionnement de BforBank, cette banque privée 100% en ligne lancée par les Caisses régionales du Crédit Agricole en 2009. La campagne s’appuie également sur une nouvelle annonce presse, une campagne display sur des sites en affinité avec la cible et des opérations spéciales comme, par exemple sur la page d’accueil de Yahoo, où un habillage vidéo reprendra les codes du spot TV mettant en scène la navigatrice banquière. Les personnages de la navigatrice et de l'aviateur ont sûrement une parenté avec ceux évoqués jadis par Gainsbourg : "les gars qui se la coulent douce à Miami"...



7 mars 2011

Axa lance une nouvelle application iphone pour l'assurance habitation

Axa avait réalisé une annonce presse interactive pour communiquer sur son application iPhone de déclaration d'accident auto. Axa réitère son initiative avec un service mobile appliqué à l'assurance habitation. Cette nouvelle application iPhone permet, en cas de dommages, de photographier immédiatement les dégâts et d’informer d’emblée son courtier.
Pour son lancement, AXA a réalisé un i-mmercial. Le principe est très simple : le spectateur peut scanner le code QR présent dans le film afin d'avoir l'explication en images des dégâts. Pour en savoir plus, découvrez, avec ce spot, cette nouvelle application AXA iPhone ou visitez le site dédié réalisé par Axa Belgique.

22 févr. 2011

La souscription d’une assurance décès sans alarmer

Il n'est jamais facile de communiquer à propos d'une assurance décès. La souscription d’une assurance décès sans alarmer, voici ce qu'inspire la nouvelle campagne de la MAIF pour son produit RASSURCAP. 
La cible sont les jeunes chefs de familles (25-35 ans) et ces derniers sont les femmes, preuve qu'elles sont la 1ere force de consommation (Lire article). Rien d'étonnant alors que visuellement l'annonce se situe dans une esthétique d'hebdomadaire féminin. L'ensemble suscite intelligemment la curiosité. L'illustration très épurée laisse la vedette à une body-copy informative. Le style "témoignage" permet de s'identifier sans tomber dans l'émotion. Je vous invite à noter la place du nounours qui donne à l'illustration, une pincée d'émotivité que la nudité du trait n'apporterait pas seul. La campagne se déclinera en radio et sur le web.

16 févr. 2011

La Caisse d'épargne part à la conquête d'une nouvelle image

Après la crise qui a bousculé le secteur financier, la Caisse d'épargne part à la conquête d'une image très différente de celle des animations 3D de l'écureuil entouré de ses débonnaires amis animaux. Avec le concept beaucoup plus smart de "définition", la nouvelle campagne de publicité met en avant la simplicité et la clarté en s'appuyant sur les valeurs de confiance et de transparence. Belle création qui donne un coup de jeunesse à cette enseigne. Mais surtout ! Que rien de trop concret ne vient nous déranger... normal car pour cela, il y a une boite à idée... Remplissez-la et découvrez l'ensemble de la campagne sur : http://www.la-banque-nouvelle-definition.fr/

Les femmes sont devenues la force de consommation la plus puissante au monde

Le best-seller
de Bridget Brennan
Connu depuis un moment, le marketing dédié aux femmes se fait petit à petit une place plus importante dans le domaine des bonnes pratiques. Dans les secteurs de la banque, de l'assurance et également dans ceux de l'automobile, de l'électronique ou des boissons alcoolisées, une opportunité de croissance immédiate se niche dans un marketing plus spécifiquement dédié au genre féminin. Nous constatons qu'une série d'actualité vient accélérer cette tendance pleine de bon sens.
On ne s'adresse pas aux femmes de la même manière qu'aux hommes. Les directeurs marketing qui veulent faire évoluer leur communication vers plus de performance doivent prendre en compte ce que suggére Bridget Brennan dans son livre best-seller «Why She Buys: The New Strategy for Reaching the World's Most Powerful Consumers». Elles sont devenues la force de consommation la plus puissante au monde. Pourquoi ? L'âge auquel elles se marient, le nombre de divorces et leur espérance de vie font que le temps de célibat est plus important. Ainsi, non seulement leur pouvoir d'achat augmentent, mais le temps où elles dépensent que pour elles, est devenu plus long. De plus, même en couple, elles restent, dans la cellule familiale, celles qui influent le plus sur les décisions achats. Ainsi, 80 % des produits sont in-fine achetés par les femmes ou avec leur approbation.
Comment faire un marketing approprié ? Être performant envers les femmes ne consiste pas uniquement à réaliser une excellente campagne de publicité. Il faut également aménager les points de vente pour qu'ils soient plus accueillants, comme l'a fait par exemple BNP Paribas avec son agence concept dans le quartier Opéra. Il faut également adapter le service client et les techniques de vente et soigner particulièrement les services "après-vente". Les femmes sont bien plus sensibles à ce type de service que les hommes. Les détails sont essentiels pour ne pas tuer le désir d'achat d'une femme. La qualité du service est l'outil incontournable pour la fidéliser et surtout pour qu'elle en fasse la publicité autour d'elle.
Une autre façon de penser un marketing tourné vers les femmes est de les intégrer plus nombreuse dans les comités de direction (à ce sujet, je vous invite à découvrir la bourde que vient de commettre le président du directoire de Deutsche Bank). Sinon, pour vous y aider, le site AuFeminin.com a décidé de partager son expertise sur le sujet et de s’inscrire dans une démarche de Gender Marketing (marketing des genres ou marketing sexué).
Le site de Aufeminin pour les professionnels
du marketing et de la communication
Sur son site, www.womenology.fr, AuFeminin publie, pour les professionnels, des contenus sur le marketing et la communication destiné aux femmes. Du côté de l'assurance et de la finance, son concurrent terrafemina.com avait, il y a deux ans, fait tout un programme d'information très didactique tout en vidéo et spécialement conçu pour ses lectrices (voir article).
Pour finir, voici une toute dernière étude de WebMediaGroup qui, avec l'aide d'Ipsos, s'est intéressé aux mamans sur Internet et aux nouveaux usages du web par ces femmes. 
Près de 90% d’entre elles achète au moins une fois par mois sur internet. Elles le font pour optimiser leur budget, pour gagner du temps, pour aménager ses horaires ou pour compléter leurs revenus. 83% des mères de famille déclarent visiter des sites d’achat, de vente et d'échange de biens d’occasion sur Internet. 20% du budget familial est aujourd’hui dépensé sur Internet. Les critères tels que la notoriété de la marque et la qualité des partenaires (par exemple bancaires) sont importants. Ces femmes dépensent d’abord pour elles puis pour leurs enfants, principalement du prêt-à-porter et des accessoires de mode mais également de la décoration ou l’équipement de la maison, des jeux ou des produits culturels (livres, DVD, CD…). Rien de bien nouveau dans ces informations mais cela permet néanmoins de valider sur quels sites, une marque peut facilement communiquer avec elles...

14 févr. 2011

BNP Paribas, une campagne qui sonne vrai ?

BNP Paribas déploie son concept "Parlons Vrai" qui s'appuie sur de vrais conseillers avec de vrais clients. Avec ce concept, BNP Paribas fait une promesse publicitaire dont tout le monde connait les limites. Étonnant exercice de Vrai/Faux que la communication d'aujourd'hui est amenée à maîtriser, une tendance poussée par Internet et les réseaux sociaux. Ainsi, ce mois-ci et en mars, deux nouveaux films seront visibles sur les chaînes hertziennes, ainsi que celles de la TNT et du câble. Complicité et réussite sont mises en scène à travers le portrait d'un entrepreneur en compagnie de son conseiller bancaire. Une intimité qui fait plaisir à voir, soulignée par l'accroche : "Seul à créer son entreprise mais pas seul à y croire". Des success stories qui ont l'avantage de mettre le dynamisme à l'honneur et de valoriser le métier de banquier. Évidemment, on peut penser, qu'il n'est pas encore venu le jour où une banque expliquera comment elle a accompagné l'échec d'une entreprise endettée chez elle et comment elle a su aider l'entrepreneur, Car, nous savons tous, la valeur d'une banque s'étalonne également lorsque l'entreprise se trouve dans les difficultés. Le concept sera décliné en affiche dans toutes les vitrines des agences BNP Paribas et en campagne presse.


Seul à créer son entreprise mais pas seul à y croire
envoyé par BNPParibasProduits. - Découvrez les dernières tendances en vidéo.

1 févr. 2011

Un nouvel Hebdomadaire devient le principale support pour la communication financière

Investir - Le journal des finances
La fusion du titre Investir (du Groupe Les Echos) et du Journal des Finances (du Groupe Le Figaro), vient de donner naissance à un  tout nouvel hebdomadaire, Investir - Le Journal des Finances qui sortira son 1er numéro le 5 février.
Avec des synthèses sur l’information boursière et financière, avec des analyses sur l'actualité macro-économique et avec des conseils d’achats et de ventes des sociétés cotées, ce nouveau titre s'adresse aux investisseurs individuels. Il devient le principale support de communication financière des sociétés cotées et des produits financiers pour les particuliers. Le tirage devrait être de 80 000 exemplaires et le titre sera vendu 4 euros.
Une application iPhone en février et une nouvelle version de l’application iPad permettront à Investir-Le Journal des Finances de suivre la tendance mobile avec efficacité.

26 janv. 2011

En 2011, la nouvelle campagne de France Mutuelle est-elle appropriée ?

Avec plus de 70 ans d’expérience dans l’assurance santé, France Mutuelle revendique 145 000 clients mais devra en 2011, faire face à un marché de la complémentaire santé plutôt saturé. Avec son nouveau film, la mutuelle a-t-elle pris la mesure des enjeux ? Les 45 mutuelles et les institutions de prévoyance (IP) doivent affronter ces nouveaux venus que sont les sociétés d’assurances et les bancassureurs. D'autre part, plus de 90 % des français, en incluant la CMU complémentaire, sont couverts et de moins en moins captifs avec une année 2011 qui verra une énième hausse des tarifs. Dans ce contexte, les complémentaires santé redéfinissent petit à petit leur rôle dans le système de santé. Certaines se positionnent comme des financeurs actifs et des acheteurs de soins. D'autres offrent à leurs assurés de l'information, du conseil et de l'orientation. D'autres encore négocient les tarifs avec certains professionnels de santé ou se manifestent dans le domaine de la prévention...
Rien de tout cela pour France Mutuelle qui lance une campagne de publicité TV sur les grandes chaînes, TF1, France 2, France 3, France 5, M6 et sur la plupart des chaînes de la TNT. Ce spot nostalgique swingue sous la houlette du sympathique Michel Delpech. Je vous invite à noter la transition assez brutale entre la partie chantée et la révélation... Les deux parties ne se répondant pas l'une à l'autre, les arguments importants comme "On est remboursé même si on n'est pas malade" ne sont pas explicités. Le piège n'a pas été évité, seule la mélodie reste en mémoire. À vous de juger...

25 janv. 2011

Mutac lance une campagne TV pour son assurance obsèques

Créée en 1973, Mutac est une mutuelle spécialisée dans la prévoyance obsèques. Elle a choisi le média TV pour sa nouvelle campagne corporate qui s'appuie sur l'image du navigateur Marc Thiercelin et sur la symbolique très classique du marin face à l'océan... sujet toujours délicat à traiter que celui de l'assurance obsèques. L'aspect sépia et le montage amène un sentiment de calme et de sérénité. Ce gentil petit film passera sur France 2, France 3, France 5 et France 3 IDF.

18 janv. 2011

Futureo, une carte bleue pour épargner

Marc Baillet a créé la start-up Futureo pour lancer la carte éponyme : Futureo Mastercard. Dispositif marketing qui permet à des enseignes de récompenser l’assiduité de leurs clients par un acte socialement responsable. Une carte bleue qui transforme les dépenses quotidiennes en épargne pour sa retraite. Avec comme partenaire métier MasterCard et Generali, Futureo n'a visiblement pas eu trop de mal a convaincre 440 enseignes et marques. Elles reversent toutes entre 0,3 et 0,5% du montant des ventes. Ces économies s’accumulent sur un compte Futureo et sont ensuite placées sur Futureo Vie, un contrat d’assurance vie spécialement conçu.
Reste à convaincre les consommateurs qui, en France, sont près de 2/3 à penser qu’il faudra des solutions alternatives et nouvelles pour financer leur retraite (Enquête Médiaprism – Futureo, octobre 2010). Parmi les moins de 34 ans, 1 sur 3 déclare ne pas pouvoir épargner pour sa retraite, faute de moyens (Enquête Amundi- TNS Sofres « les jeunes et la retraite », juin 2010).

Une belle idée se doit d'être soutenue par ceux qui sont sous son charme, alors n'hésitez pas à visiter le site et à commander votre carte qui fonctionnera sur le compte bancaire de votre choix pour un coût annuel de 45 euros. En savoir plus.

17 janv. 2011

ING lance une nouvelle campagne de communication basée sur un argument étonnamment simple

ING Belgique vient de lancer une campagne de communication à travers deux films diffusés en TV, au cinéma et sur le web. L'ensemble est complété par une présence en radio et une opération de "street marketing". Le message de cette communication n'est pas la qualité des services, ni un avantage pécuniaire, ni un des autres argumentaires habituellement utilisés dans le secteur bancaire. Étonnamment, c'est la rapidité d'ouverture d'un compte ING sur le web qui est l'objet de cette communication. Pour ING Belgique, ce simple argument se révèle être centrale dans la problématique d'une ouverture de compte bancaire. Instructif !



12 janv. 2011

Deux exemples d'initiatives qui s'appuient sur les valeurs sûrs du e-marketing

Aujourd'hui, dans le langage courant, le terme "marketing" est devenu antonyme d'authenticité. Les consommateurs détectent les démarches "marketing" et les perçoivent comme des astuces destinées à les manipuler. À l'heure des soldes d'hiver, voici deux initiatives "marketing" qui s'appuient sur deux valeurs sûres, l'adhésion et le participatif :

1/ Afficher les prix de ses concurrents sur son site :
Certes, cette idée peut apparaître farfelue mais, afficher les prix de ses concurrents sur son propre site permet à certains sites aux USA, d'obtenir des résultats étonnants en termes de fidélisation. Explication : 95% des acheteurs font des comparaisons de prix avant d'acheter, alors plutôt que de les laisser partir dans l'hypothétique espoir de les voir revenir, il est préférable de leur apporter directement l'information qu'ils recherchent. La logique est que si l'écart n'est pas trop important, l'internaute restera quand même, sensible à l'effort de transparence fait par le site (la fameuse adhésion). La Fevad confirme ce fait par la publication des résultats de sa dernière étude concernant les intentions d'achat des internautes pour cette période de soldes. Les résultats soulignent l'importance stratégique de soigner les visiteurs de son propre site : 80% des internautes comptent acheter en ligne, 18% le feront depuis leur téléphone mobile et 8% depuis leur tablette.

2/ Afficher les avis consommateur dans les rayons : 
À l'heure où Carrefour a mis son assurance Auto dans les rayons et où les agences deviennent des espaces de vie (découvrir), donner la parole aux consommateurs est une suite logique de ces évolutions. Avec une telle initiative, tout le monde est gagnant : le consommateur est valorisé socialement, les produits se vendent mieux et le client a du contenu directement là où il en a besoin. Concrètement ?
Tout reste à imaginer mais, encore une fois, la technique élargit le champ des possibles. Le code-barre est maintenant exploitable par des outils mobiles permettant d’ajouter des informations générées utilisateurs, sur divers produits. L’application IPhone Stickybits offre déjà cette fonctionnalité, encore peu utilisée pour le moment. Bientôt, les consommateurs ne se gêneront pas pour diffuser des infos pertinentes et des critiques positives ou négatives sur une foule de produits de consommation. Nous entrerons bientôt dans l’ère de "l’intelligence numérique collective" des objets.

En conclusion et au-delà des difficultés de mise en œuvre, ces deux démarches s'appuient sur les valeurs de transparence et de service, deux qualités que nous recherchons tous en tant qu'acheteurs et que le marketing ne doit jamais perdre de vue.

11 janv. 2011

ASSU 2000, une campagne presse "réseau social"

Avec un réseau de 400 agences, la société de courtage indépendante ASSU 2000 réaffirme son positionnement d'accessibilité, de proximité et de simplicité. "Ouvert à tous. Vraiment à tous", ces valeurs pourraient faire allusion à une certaine "chaleur humaine" mais chez ASSU 2000, elles expriment plutôt un esprit empreint de professionnalisme.
Malheureusement, c'est à travers une annonce presse peu séduisante qu'ASSU 2000 démarre sa saison de communication. Dans une annonce presse, c'est le couple accroche/image qui fait passer le message publicitaire. Ici, la direction artistique de cette campagne n'a pas trouvé le moyen de créer d'impact visuel avec une illustration qui ne répond pas à l'accroche... Cette direction artistique se base sur un univers graphique emprunté à l'esthétique informatique et communautaire, style qui rappelle la campagne d'Areva et souligne l'engagement d'ASSU 2000 sur les réseaux sociaux. Le brief est lisible mais, si parler que de soi n'est pas recommandé sur les réseaux sociaux, il en va de même dans la publicité.

4 janv. 2011

5 grandes tendances marketing pour 2011

Utiles et pertinents, voici 5 grandes tendances marketing à ne pas perdre de vue pour bien commencer l'année 2011.

La stratégie marketing et le développement commercial sont liés et concourent ensemble au développement d'une entreprise. La mise en place d'objectifs et des indicateurs de résultats en commun est indispensable.

La stratégie marketing en BtoB a évolué d'un marketing de produit vers un marketing de solution. Les valeurs ajoutées tiennent à un mix entre produits, services, prix et relation client. C'est dans cette combinaison que réside la compétitivité, d'où l'importance d'une communication sachant l'exprimer.

La stratégie marketing et l'innovation vivent la fin d'un cycle dans lequel l'innovation était guidée par la consommation pour entrer dans un autre cycle dans lequel l'innovation est guidée par les enjeux sociétaux (sources Luke Georgiou - Universté de Manchester) : énergie renouvelables, technologies vertes, problématiques de mobilité et d'interconnexion.

La stratégie marketing et les médias sociaux, cet immense réseau de conversation en temps réel est en train de modifier le rapport entre l'entreprise et ses clients. Avec ces nouveaux médias, les marques se retrouvent obligées de mettre en place un marketing relationnel qui touche l'ensemble de ses points de "contact client".

La stratégie marketing et les plus pauvres vivent un tournant dans leurs relations. Naguère ignorés, des leviers de croissance importante se trouvent sur ce segment de marché. Selon Jaideep Prabhu (Université Cambridge), les populations pauvres seront un vecteur de la relance économique.

(sources Nathalie Van Laethem)